Résultat record pour la Chaîne du Bonheur: 130 millions récoltés en quinze mois

Résultat record: la Chaîne du Bonheur a récolté 130 millions de francs suisses de dons ces quinze derniers mois. C’est le bilan que tire la nouvelle direction, qui succède à Jean Martel: un triumvirat emmené par le Genevois Félix Bollman.

Ce contenu a été publié le 10 janvier 2000 - 16:15

Résultat record: la Chaîne du Bonheur a récolté 130 millions de francs suisses de dons ces quinze derniers mois. C’est le bilan que tire la nouvelle direction, qui succède à Jean Martel: un triumvirat emmené par le Genevois Félix Bollman.

La plus grande partie de ces dons proviennent de la population suisse et sont destinés aux victimes de catastrophes, de la guerre ou de la famine, au Soudan méridional, au Kosovo, en Amérique centrale, en Turquie ou en Suisse, frappée par un enneigement extraordinaire et des avalanches l’hiver dernier, des inondations au printemps et une tempête juste après Noël dernier (photo). Un cinquième des montants engagés par la Chaîne du Bonheur l’a été en Suisse, quatre cinquièmes à l’étranger.

La Chaîne du Bonheur est non pas une organisation d’entraide, mais un système de collecte de fonds des médias suisses pour l’aide d’urgence en cas de catastrophes ou de situations d’urgence. «Demain comme hier, la Chaîne du Bonheur continuera d’intervenir là où survient un malheur, dans le but de permettre, le plus rapidement possible, la reprise de la vie normale», ont expliqué lundi, dans la région de Berne, les membres de la nouvelle direction tripartite de la fondation.

Ce qui fait le succès de la Chaîne du Bonheur, c’est d’abord - ainsi que l’a révélé un sondage - l’extraordinaire confiance de la population dans ce système particulier de récolte de dons, qui passe par des journées de collecte organisées par la radio et la télévision de service public de l’ensemble du pays et auxquelles on cherche à associer également les médias électroniques privés, ainsi que la presse. Sans pression aucune, chacun peut, à l’occasion de ces journées ou même en dehors, manifester sa solidarité, faire preuve de bon cœur avec ceux, en Suisse ou à l’étranger, qui sont frappés par le malheur. Avec la garantie que les dons seront utilisés à 100 pour cent pour le but exprimé. Au seuil du XXIe siècle, la Chaîne du Bonheur est en passe d’introduire un système nouveau de promesses de dons par internet.

Pierre-André Tschanz

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article