Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Relations Berne-Washington en point de mire

Micheline Calmy-Rey est attendue à Washington et à New York.

(Keystone Archive)

La ministre suisse des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey s’envole pour les Etats-Unis. Lundi, elle y rencontrera son homologue Condoleezza Rice.

Les deux femmes évoqueront notamment la coopération entre leurs pays et le futur nouvel emblème de la Croix-Rouge. Micheline Calmy-Rey se rendra aussi aux Nations Unies à New York.

La rencontre entre Mesdames Rice et Calmy-Rey permettra de dégager «les lignes de force communes d'une coopération future», écrit vendredi le Département fédéral (ministère) des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les entretiens porteront également sur la question du futur nouvel emblème du Mouvement de la Croix-Rouge, à côté de la croix et du croissant, dans le cadre d'un protocole additionnel aux Conventions de Genève. L'adoption de cet emblème permettrait à Israël, allié traditionnel des Etats-Unis, d'intégrer le Mouvement.

A Washington, la cheffe de la diplomatie helvétique rencontrera également des représentants du Parlement américain «et aura avec eux une discussion approfondie sur l'orientation générale ainsi que sur des aspects précis des relations bilatérales», selon le communiqué.

Mardi, la ministre se rendra aux Nations Unies à New York pour parler des réformes de l'institution. Elle rencontrera à cette occasion le secrétaire général Kofi Annan.

Le 10 juin, le Gouvernement a décidé de lancer des discussions exploratoires avec les Etats-Unis en vue d'un accord de libre-échange. Il a chargé le Département fédéral de l'économie (DFE) d'initier ce dialogue. Son patron, Joseph Deiss, se rendra à Washington en juillet.

Changement de stratégie


L'accord pourrait concerner le commerce (droits de douanes, levée d'obstacles administratifs), les services (licences, droit de séjour), l'accès aux marchés publics ou la propriété intellectuelle (nouvelles technologies, brevets). Pour Berne, il permettrait de consolider les parts de marché de l'économie suisse aux Etats-Unis.

Le Gouvernement a récemment décidé que l'Union européenne ne devait pas être la seule priorité de la politique étrangère de la Suisse. Il a souligné la nécessité d'aller de l'avant sur d'autres fronts, en particulier dans les relations avec Washington. Cette nouvelle orientation a soulevé des critiques dans les milieux pro-européens.

Accords particuliers


Avec 10,4% des exportations, les Etats-Unis sont le deuxième marché pour les entreprises helvétiques après l'Allemagne. Ils sont la première destination des investissements suisses à l'étranger ainsi que le plus grand investisseur étranger en Suisse (80 milliards de francs d'investissements directs dans les deux cas).

Les relations économiques américano-suisses se cantonnent pour l'instant à certains accords particuliers, comme celui sur la double imposition, à une coopération dans un cadre multilatéral et à une commission économique conjointe qui se réunit une fois l'an.

swissinfo et les agences

Faits

La Suisse représente les intérêts américains en Iran et à Cuba.
En 2003, la Suisse était au sixième rang des investisseurs directs aux Etats-Unis.
Quelque 600 entreprises suisses emploient plus de 500'000 personnes aux Etats-Unis.
Quelque 650 entreprises américaines sont présentes sur sol helvétique et nombre d’entre elles ont choisi la Suisse comme siège de leur quartier général européen.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.