Reprise des transports nucléaires entre la Suisse et la France

Un premier wagon à vide a traversé ce mercredi la frontière suisse près de Bâle. Le wagon est destiné à la centrale nucléaire de Gösgen, dans le canton de Soleure.

Ce contenu a été publié le 19 août 1999 - 14:37

Un premier wagon à vide a traversé ce mercredi la frontière suisse près de Bâle. Le wagon est destiné à la centrale nucléaire de Gösgen, dans le canton de Soleure. Des mesures de radioactivité ont déjà été effectuées dans la gare de triage de Muttenz, dans le canton de Bâle Campagne (photo).

Les transports de combustibles nucléaires irradiés sont interdits en Suisse depuis mai 1998 après la découverte de wagons contaminés. Pour la reprise de ces transports, des mesures spéciales de surveillance ont été mises en place par la Division principale de la sécurité des installations nucléaires. Les mesures de protection du personnel ont été renforcées pour les opérations de chargement et de déchargement des combustibles irradiés. De plus, les wagons sont désormais surveillés et contrôlés en permanence par des spécialistes. Tout incident doit être déclaré.

Le wagon entré mercredi matin en Suisse va être chargé d'éléments combustibles irradiés provenant de la centrale de Gösgen. Ce wagon quittera la centrale le 1er septembre à destination de la France.

Des activistes du mouvement écologiste Greenpeace ont été arrêtés par la police dans une baraque située près de la gare CFF à Bâle. Ils disposaient de chaînes et de menottes. La police estime que les activistes voulaient empêcher le wagon d'atteindre sa destination. Un membre de Greenpeace a été blessé par un chien de la police.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article