Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Séisme au Pakistan: le bilan sera terrible

Rescapés près d'Islamabad. Ce séisme est un des plus violents que la région ait jamais connu.

(Keystone)

Des dizaines de milliers de personnes sont mortes dans le tremblement de terre qui a touché samedi le nord du Pakistan, l'Inde et l'Afghanistan.

L'aide internationale afflue dans la région. La Suisse a débloqué un million de francs et envoyé trois experts à Islamabad. D'autres arriveront sur place lundi.

«Notre estimation provisoire est que plus de 30'000 personnes ont été tuées par le séisme au Cachemire, affirme dimanche Tariq Farooq, ministre local des Communications. Il y a des villes et des villages qui ont été totalement détruits. Muzaffarabad (capitale du Cachemire pakistanais) est dévasté».

«Cette catastrophe est de loin la plus importante quant à sa magnitude et son ampleur dont nous ayons été témoins dans l'histoire du Pakistan», déclare pour sa part le porte-parole des forces armées, le général Shaukat Sultan.

Le général avait averti que le bilan allait s'alourdir. De nombreuses régions n'ont pas encore pu être atteintes. Et les chiffres pourraient être multipliés à mesure que les secours atteindront de nouvelles zones et découvriront davantage de cadavres enterrés sous les décombres.

Des éboulements bloquent les routes et de puissantes répliques - 45 en 24 heures - ont paniqué les habitants qui refusent souvent de rentrer chez eux. La pluie, parfois verglaçante, ralentit le travail des premiers secours.

Le tremblement de terre a également touché le nord de l'Inde, où au moins 320 personnes sont mortes et près de 700 autres blessées, selon un bilan très provisoire, et dans une moindre mesure l'est de l'Afghanistan, où aucun bilan détaillé n'a encore été donné.

Aide massive

Le général pakistanais a précisé que des hélicoptères militaires étaient en route pour les zones dévastées et a lancé un appel à la communauté internationale à se mobiliser en faveur d'une aide massive.

De nombreux pays ont répondu présent. L'Union européenne a dit avoir débloqué trois millions d'euros. La France a envoyé 25 militaires de la Sécurité civile. Sont également parties des équipes de secours britanniques, japonaises, chinoises. La Russie envoie une équipe du ministère des Situations d'urgence.

Le président américain George W. Bush a indiqué que des «premiers éléments d'assistance étaient en voie d'acheminement», évoquant «une aide supplémentaire si nécessaire pour venir au secours des sinistrés de cette horrible tragédie».

L'UNICEF, agence des Nations Unies spécialisée dans la protection de l'enfance, a également fait parvenir une première aide (couvertures, habillements, tentes, médicaments, nourriture pour bébés). «Les enfants dans les zones touchées sont vulnérables à la faim, au froid, aux maladies et au traumatisme» a déclaré la directrice générale de l'organisme Ann Veneman.

Le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan «profondément attristé» a dit «envisager tous les moyens de venir en aide aux victimes et de participer à la reconstruction».

La Suisse aussi

Côté suisse, après avoir promis 200'000 francs dans un premier temps, Berne a augmenté son aide d'urgence à un million «en regard de l'ampleur de la catastrophe», explique Andreas Stauffer, porte-parole de la Direction du développement et de la coopération (DDC)

Trois experts suisses sont arrivés dimanche au Pakistan pour aider les Nations Unies à évaluer les besoins et cordonner l'engagement de la communauté internationale.

En collaboration avec la Croix-Rouge, la Suisse va également dépêcher au Pakistan une équipe de six personnes, dont un médecin ainsi que des experts en reconstruction et en distribution d'eau. Elle devrait être sur place lundi, précise Andreas Stauffer.

Le bureau de coordination de la DDC à Islamabad a par ailleurs déjà commencé à acheter du matériel de secours en collaboration avec des oeuvres d'entraide locales. Les populations sinistrées ont besoin de matériel médical, d'eau potable et de couvertures. Des tentes et des abris provisoires pourraient être acheminés depuis la Suisse.

La solidarité va bon train. De leur côté, la Chaîne du Bonheur et la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) ont débloqué 100'000 francs chacune pour l'aide d'urgence au Cachemire et la Croix-Rouge suisse 250'000 francs.

A cela s'ajoutent les 300'000 francs mis à disposition par Caritas pour le Cachemire et les sinistrés de l'ouragan Stan en Amérique centrale. La Croix-Rouge a également débolqué 250'000 francs pour l'aide d'urgence en l'Amérique centrale et la Chaîne du Bonheur 300'000 francs.

swissinfo et les agences

En bref

- Le drame qui vient de ravager le nord-ouest du sous-continent indien ne surprend pas les spécialistes. A cet endroit, la plaque continentale indienne exerce une poussée vers le nord et heurte la plaque eurasienne. C'est ce mouvement qui a provoqué le soulèvement de la chaîne de l'Himalaya.

- Les séismes y sont donc fréquents. De mémoire d'homme, le plus violent remonte au 31 mai 1935. Une secousse de 7,5 sur l'échelle de Richter avait détruit Quetta, dans l'ouest du Pakistan, tuant entre 30'000 et 60'000 personnes.

- Le tremblement de terre de samedi est encore plus puissant: 7,6. La première secousse a été ressentie samedi matin à 8h50, heure locale. L'épicentre est situé à une centaine de kilomètres au nord d'Islamabad, capitale du Pakistan. Dimanche, le bilan officiel était de plus de 19'000 morts, mais des estimations faisaient état de plus de 30'000 victimes.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.