Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Jonction entre arts et neurosciences à Genève

A quoi peut bien penser le pianiste russe Evgueni Kissing lorsqu’il joue?

A quoi peut bien penser le pianiste russe Evgueni Kissing lorsqu’il joue?

(Keystone)

Un campus dédié aux arts et aux neurosciences pourrait voir le jour d’ici la fin de la décennie au centre de Genève. Les autorités locales viennent d’en présenter l’avant-projet.

Marier les arts et les sciences du système nerveux dans le quartier de la Jonction à la pointe duquel se mêlent les eaux du Rhône et de l’Arve. C’est cette belle adéquation de la forme et du fond que Genève vient de rendre publique sous la forme d’un projet de campus estimé à plusieurs centaines de millions de francs.

Le 10 novembre, le gouvernement du canton a présenté un avant-projet pour régénérer 11 hectares du quartier de la Jonction avec des centres d’étude et recherche, du logement et un parc.

Le canton cherche ainsi à renforcer son pôle neurosciences en formant vingt équipes de recherche. L’objectif scientifique est d’étudier l'influence des arts et des processus créatifs sur le cerveau humain.

Le CERN du 21e siècle

«Notre ambition est de créer un centre de recherche de classe mondiale – le CERN du 21e siècle», assure Mark Müller, président du Conseil d’Etat (gouvernement).

Outre la construction du complexe scientifique, le gouvernement veut regrouper dans le même périmètre les 1400 étudiants et professeurs de la Haute Ecole de musique et celle d’art et de design (HEAD) actuellement dispersés dans 14 sites de la ville.

Enfin, de nombreux espaces seront proposés au grand public, tels que parcs, expositions, salle de spectacles «high tech» de 1200 places ou encore laboratoires pour enfants. «Nous voulons une grande qualité urbanistique. Les Genevois auront envie d'aller dans cet endroit», espère Mark Muller.

Selon les responsables du projet développé conjointement par l'université de Genève et la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale, le potentiel offert par la réunion des neurosciences et de l'art est «immense».

Les domaines de recherche possibles engloberaient notre compréhension de la manière de fonctionner du cerveau lorsque l’on joue ou écoute de la musique, que l’on danse ou joue la comédie, que ce soit seul ou en groupe, la conception des instruments ainsi que l’impact de l’art sur les émotions, l’apprentissage cognitif et la perception.

«Quels plaisirs ressentons-nous à l'écoute de la musique? Les perceptions d’un auditeur sont-elles innées ou acquises? Certains musiciens craignent que nous ne cherchions à ouvrir leurs crâne pendant qu'ils jouent d'un instrument, mais ce n'est pas le but. L’idée est de poser ensemble la même question», précise le recteur de l'université de Genève, Jean-Dominique Vassalli.

Excellence régionale

La région lémanique est déjà considérée comme l'un des trois premiers centres d'études des neurosciences en Europe, derrière Oxford et Cambridge en Grande-Bretagne. Les universités et les hôpitaux universitaires de Genève et Lausanne et l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) collaborent étroitement avec plus de 150 groupes de recherche en neurosciences.

Genève compte actuellement des centres de classe mondiale tels que le Centre de Genève en neurosciences, le Centre suisse en sciences affectives et le Laboratoire du cerveau et du comportement (BBL). De son côté, Lausanne dispose du Centre d'imagerie biomédicale et du projet de l’EPFL «Human Brain Project» qui vise à simuler le réseau neural du cerveau humain.

A Genève, on estime que le futur complexe de la Jonction reste compatible avec l’EPFL. Des collaborations pourraient même avoir lieu avec le «Human Brain Project» si celui-ci reçoit un financement de l’Union européenne en 2012. «Ce que nous proposons ici, pourrait représenter une partie de ce projet du cerveau humain – l'interaction entre les arts et le cerveau», avance Jean-Dominique Vassalli.

Dépôt de bus

Actuellement, les bus sont les grands bénéficiaires de ce site où se trouve le principal dépôt des Transports publics genevois. La pointe du quartier populaire de la Jonction abrite aussi plusieurs petites entreprises et des ateliers d'artistes.

«La Jonction est un site magnifique, probablement l'un des plus beaux aujourd'hui à Genève. Mais il est totalement sous-exploité», estime Mark Müller.

En théorie, le projet commencera à voir le jour d’ici la fin de la décennie, selon les responsables du projet. Mais c’est sans compter les vents d’oppositions qui saluent habituellement chaque projet urbanistique à Genève.

Les neurosciences en Suisse

La Société suisse de neurosciences compte plus de 1000 membres. Cette communauté scientifique est en croissance rapide.

Il y a une étroite coopération entre les universités et les hôpitaux universitaires de Genève et Lausanne et l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Au total, on dénombre plus de 150 groupes de recherche en neurosciences.

Zurich a aussi un centre important de neurosciences qui permet de développer des synergies entre quelque 440 scientifiques, 100 groupes de recherche issus de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich et l'université de Zurich.

Fin de l'infobox


(Traduction de l'anglais: Frédéric Burnand), swissinfo.ch


Liens

×