Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les énergies renouvelables trouvent leur public

Des panneaux solaires pour sauver la Terre?

(swissinfo.ch)

Plus de doute: la population se sent de plus en plus concernée par la problématique du réchauffement climatique. Le public s'est en effet déplacé en masse, ce week-end à Fribourg, pour energissima, le salon des énergies renouvelables.

Le salon regroupait tout ce qui se fait actuellement en matière d'énergies renouvelables. Et il y en avait pour tous les goûts: énergie solaire, énergies géothermiques, énergie éolienne, chauffage à bois, etc.

Certes l'aspect ludique n'est pas la qualité première de ce genre de salon, les stands se bornant la plupart du temps à une exposition de croquis, de plans ou de maquettes. Mais cela n'a pas empêché quelque 14'500 personnes de faire le déplacement, selon les chiffres communiqués par les organisateurs.

Un tour par l'exposition permettait de constater que ce public est varié. Des professionnels bien sûr, facilement reconnaissables à leur costume-cravate. Mais aussi toute une foule de gens ordinaires et de familles. Et sans oublier les classes des écoles, venues nombreuses pour se familiariser avec les énergies renouvelables.

Pour en savoir un peu plus sur l'utilité réelle d'une telle grand-messe, swissinfo s'est entretenu avec Pierre Schwaller, responsable de la communication d'energissima.

swissinfo: Finalement, quel est le but d'une telle manifestation?

Pierre Schwaller: Le but est de faire se rencontrer le public – c'est-à-dire les gens intéressés aux énergies renouvelables – et le professionnel. Nous avons ici 150 exposants qui couvrent de manière très représentative l'ensemble des technologies liées aux énergies renouvelables, aux économies d'énergie et à l'efficacité énergétique.

C'est vraiment le but de notre salon: créer une plateforme de rencontre où les gens vont trouver des solutions.

swissinfo: On peut constater que de grands noms de l'industrie privée (von Roll, Liebherr, etc..) ont répondu présent.

P. S. : Le salon s'est effectivement «musclé» par rapport à notre première édition, l'an dernier. Les grands noms du domaine nous ont fait confiance, ce qui donne l'ampleur actuelle de ce salon.

Au terme de la manifestation, ils ont exprimé leur très grande satisfaction, leurs carnets de commandes et de contacts à suivre s'étant abondamment remplis.

swissinfo: On comprend bien l'intérêt des industriels. Mais le public, que vient-il en premier lieu chercher?

P.S. : Il faut avouer qu'il y a assez peu de gens qui viennent ici par simple curiosité. S'ils sont présents, c'est qu'ils sont confrontés à des questions tout à fait précises, notamment lorsqu'ils doivent construire ou rénover une maison.

Les gens ne vont plus forcément se jeter sur la solution d'une citerne à mazout, mais vont se demander s'ils ne pourraient pas employer d'autres sources d'énergies. Peut-être aussi, des consommateurs voudront pour la première fois devenir des producteurs d'énergie. Au tel cas ils opteront pour la construction d'une installation éolienne privée ou la pose de cellules photovoltaïques.

Ce sont toutes des solutions qui leur sont offertes et qui sont immédiatement utilisables. Ce n'est pas un salon de rêveurs ou un salon du futur. C'est un salon des technologies actuelles.

swissinfo: Ce qui frappe justement, c'est que beaucoup de stands sont consacrés à la maison et à l'habitat.

P. S. : Oui, c'est vrai. Car c'est dans cette application domestique que la demande est évidemment la plus forte. On peut aussi voir que du moment où l'Etat commence maintenant à soutenir les énergies renouvelables, les produits sont là et l'intérêt de la part du privé existe.

Mais il y a aussi dans ce salon des professionnels qui parlent à des professionnels. Eux parlent plutôt de grandes installations. Nous avons également une quinzaine d'ambassades et de délégations étrangères qui cherchent des solutions pour leur pays et qui viennent chercher une technologie qui existe en Suisse.

swissinfo: Cette année, la flambée des prix du pétrole vous donne un joli coup de pouce...

P. S. : Bien sûr. Du fait de l'augmentation drastique du prix des énergies d'origine fossile, investir dans les nouvelles technologies proposées est devenu non plus un luxe, mais une vraie nécessité.

Il faut cependant garder l'esprit critique et ne pas tomber dans la naïveté. Nous avons vu que certaines utilisations ne sont pas forcément bonnes. Lorsque l'on parle des éco-carburants, on voit le problème qui est dénoncé depuis quelques semaines à propos d'une disette mondiale.

swissinfo: Un tel salon permet de voir quelle sont les grandes tendances du marché. Qu'avez-vous pu constater?

P. S. : Les énergies qui marchent le mieux actuellement sont la géothermie (NDLR: captage de la chaleur contenue dans le sol) et le solaire thermique. En effet, ce sont des solutions bon marché.

Avec elles, on peut chauffer toute notre eau sanitaire de manière tout à fait simple. Le solaire nous donne cette possibilité. Les intérêts iront surtout dans ce domaine là de la part du grand public.

swissinfo, Olivier Pauchard

En bref

La 2e édition du salon energissima s'est tenue du 17 au 20 avril à Fribourg.

14'500 visiteurs s'y sont rendus, soit 45% de plus que l'an dernier.

La prochaine édition aura lieu à Fribourg du 23 au 26 avril 2009.

Les organisateurs ont pour objectif d'internationaliser l'édition 2009.

Fin de l'infobox

Compensation

Il n'y a pas que le salon d'energissima qui était plein à craquer. Le parking également...

Les organisateurs ont prélevé 1 franc sur chaque entrée.

La somme sera versée à la fondation "My Climate" pour compenser les émissions de CO2 produites par les visiteurs pour arriver à Fribourg.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×