Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sept candidats pour les nouvelles fréquences GSM

Les projets présentés se basent sur des antennes existantes.

(Keystone)

Sept nouveaux opérateurs souhaitent se lancer dans la téléphonie mobile en Suisse.

Ils ont déposé leurs demandes de concession auprès de l'Office fédéral de la communication (OFCOM), qui avait lancé un appel d'offres pour des fréquences GSM supplémentaires.

Il ne s'agit pas de développer un nouveau réseau sur l'ensemble du pays, en plus de ceux de Swisscom, Orange et Sunrise. Le but est plutôt d'explorer des niches.

«L'objectif est de dynamiser le marché suisse des télécommunications», relève le chef de la section Services mobiles et par satellite de l'OFCOM.

«Pour le consommateur, cela pourrait signifier une baisse des prix, ajoute Urs von Arx. Mais il est possible qu'elle soit limitée à certains secteurs, en fonction des projets retenus.»

Trois concessions

Trois concessions «au maximum» seront attribuées. Les experts vont désormais étudier les dossiers.

Et il reviendra à la Commission fédérale de la communication (ComCom) de décider, «vraisemblablement» d'ici à fin 2003, quelles candidatures seront retenues.

Parmi les projets ambitieux figure celui de Tele2. La filiale suisse du groupe suédois entend proposer à la fois des services par abonnement et à prépaiement, incluant l'envoi des messages multimédia MMS.

Comme elle l'avait indiqué vendredi, Tele2 prévoit de conclure un accord d'itinérance («roaming») avec un opérateur existant. La société vise une part de marché de 15% en Suisse dans un délai de quatre à cinq ans, grâce à des prix avantageux.

Finances, technique et innovation

L'examen des dossiers reposera d'abord sur la viabilité financière. Il s'agira ensuite d'évaluer les aspects commerciaux et techniques des projets, ainsi que leur potentiel d'innovation et leur cohérence.

Chaque concession comprend une largeur de bande de 3,8MHz, soit 19 canaux, avec possibilité d'extension.

La palette des projets présentés est très variée, souligne l'OFCOM. Mise en place de réseaux urbains (à Bâle, par exemple), aménagements de réseaux d'entreprises pour la clientèle commerciale, services à large bande convergents et multimédia, etc.

Téléphoner en avion

Parmi les projets de niche originaux figure celui de la Société internationale de télécommunications aéronautiques (SITA), qui prévoit de développer un système permettant de téléphoner dans les avions.

La solution, basée sur l'itinérance, s'adresse aux opérateurs existants, SITA n'ayant pas l'intention d'avoir ses propres abonnés.

Il s'agit d'une technique qui permet de limiter l'impact électro-magnétique des portables, et donc les interférences avec les instruments de bord.

Les passagers pourraient ainsi laisser leur mobile allumé pendant le vol et l'utiliser comme ils le feraient au sol, selon la société.

Touchée par les difficultés que traversent les compagnies aériennes, SITA a annoncé lundi le licenciement d'une cinquantaine de personnes sur les 390 que compte son siège mondial à Genève. La plupart des employés concernés travaillent dans l'administration.

swissinfo et les agences

En bref

- Sept candidats se sont présentés lundi. Au maximum, trois concessions seront attribuées.

- Trois sociétés sont basées en Suisse romande: In&Phone Télésonique et SITA.

- Les autres intéressés sont Global Networks Switzerland, Tele2, Swissphone Systems et Technocell.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse