Pourquoi les Suisses sont-ils si réticents à porter un masque?

Menschen vor einem Corona-Virus-Checkpoint vor einem Berliner Spital. Keystone / Alexander Becher

Avec l’assouplissement du semi-confinement, les gens commencent à nouveau à se déplacer davantage. Cependant, malgré un large débat, ceux qui décident de porter un masque sont peu nombreux. Nous avons sondé nos lecteurs pour tenter d’expliquer ce phénomène.

Ce contenu a été publié le 11 mai 2020 - 13:30

Devons-nous porter un masque pour mieux nous protéger du Covid-19? La question préoccupe les Suisses depuis de nombreuses semaines. Les avis des experts divergent, et la population est partagée sur la réponse à apporter à cette question.

Au début de la crise du coronavirus, il y a eu la pénurie. Puis, des millions de masques sont arrivés de Chine par avion, de nouveaux fournisseurs ont fait leur apparition. Depuis peu, le précieux sésame est même disponible auprès des grands distributeurs. Cependant, dans l’espace public en Suisse, peu de personnes portent un masque facial.

Les immigrés d'autres pays, où le port du masque fait désormais partie de la vie quotidienne, ne comprennent guère cette réticence. Nous recevons constamment ce genre de commentaires sur notre site Internet et sur nos pages sur les réseaux sociaux.

Contenu externe

«Le port d'un masque crée un faux sentiment de sécurité et encourage les comportements à risque. C’est comme lorsque vous bouclez votre ceinture dans votre voiture, vous conduisez comme Ayrton Senna», lance le professeur Adriano Aguzzi, sarcastique.

Qu’en pensez-vous?

Nous avons demandé à nos utilisateurs sur les réseaux sociaux pourquoi les masques n’ont pas la cote en Suisse. Voici quelques-unes de leurs réponses:

Préjugés

End of insertion

Une partie des utilisateurs soulignent qu'il n'y a pas de tradition de port de masque en Suisse - contrairement aux pays asiatiques, qui ont notamment dû faire face à l'épidémie de SRAS il y a deux décennies. Avant l'apparition du coronavirus, personne en Suisse ne portait de masques dans l’espace public. Aujourd’hui encore, les porteurs de masques sont souvent perçus comme des personnes qui en font trop pour se protéger.

Insécurité

End of insertion

«J’ai lu trop de choses. C’était contre-productif. Désormais, je ne sais plus ce qui serait juste», explique un internaute.

Recommandations

End of insertion

Le gouvernement ne recommande de ne porter un masque que lorsque les distances ne peuvent être respectées (par exemple chez le coiffeur). Par conséquent, de nombreuses personnes nous ont répondu qu’elles suivaient les conseils du gouvernement. 

Pour le bien de l’environnement

End of insertion

Certains ne veulent pas porter de masque par souci de protection de l’environnement. C’est l’avis d’un utilisateur de Facebook: «Des gants et des masques traîneront partout dans les poubelles. Cela me fait réfléchir.»

Confiance en soi

End of insertion

Dans notre enquête spontanée, un certain nombre de personnes ont déclaré ne pas porter de masque, soit parce qu'elles se sentent en bonne santé, soit parce qu'elles ont déjà contracté le Covid-19. Il convient toutefois de rappeler que même ceux qui ont l'air en bonne santé ou qui ont été guéris pourraient être porteurs du virus.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande aux malades ou à toute personne qui ne peut pas se tenir à plus d’un mètre d’autres personnes de porter un masque.

>> Lire les recommandations de l’OFSP

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article