Premier cas de grippe porcine en Suisse

Le virus A/H1N1 Keystone

C'est le premier cas de grippe avéré en Suisse. Le patient qui se trouve à l'hôpital cantonal argovien de Baden a été testé positif au virus, a indiqué l'établissement la nuit dernière. L'OMS qui a relevé à 5 son niveau d'alerte estime que la pandémie est «imminente».

Ce contenu a été publié le 30 avril 2009 - 06:11

Mercredi après-midi, le patient était toutefois sorti de l'hôpital après un premier test négatif fourni par le Centre national Influenza à Genève. Il a été a nouveau hospitalisé après un deuxième test, positif celui-là.

Toutes les personnes qui ont été en contact avec le malade ont été informées et priées de rester chez elles jusqu'à nouvel ordre. Une ligne téléphonique de renseignements a été mise à leur disposition, précise l'hôpital.

Mauvaise interprétation

L'hôpital cantonal argovien explique que l'incident est dû à un «malentendu dans l'interprétation du commentaire qui accompagnait le premier résultat du laboratoire». Une conférence de presse est prévue plus tard dans la journée.

Mercredi après-midi, le directeur de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) Thomas Zeltner a expliqué qu'un cas d'infection clairement positif pourrait être rapidement diagnostiqué.

La situation est toute autre lorsque les cas sont incertains ou qu'ils aboutissent sur un premier résultat négatif. Les examens sont alors plus longs puisqu'il faut procéder à de nouvelles analyses.

Cas très suspect à Genève

Vingt-quatre autres cas suspects sont en cours d'examen en Suisse. Ils se trouvent dans les cantons de Genève, Vaud, Valais, Berne, Zurich, Bâle-Campagne et St-Gall. L'état de santé du patient genevois est jugé particulièrement suspect. Les personnes concernées sont toutes de retour du Mexique.

Le malade argovien a lui été le premier a présenter des symptômes suspects. Jusqu'à présent, son état était stable. Il a reçu du Tamiflu.

Cellule spéciale

Pour faire face au mieux au possible développement de la maladie, le Conseil fédéral (gouvernement) a de son côté décidé d'activer la cellule spéciale chargée de coordonner la lutte contre une éventuelle épidémie.

Cette cellule est destinée à «accélérer les processus administratifs». Composée de représentants de la Confédération et des cantons pour conseiller les autorités publiques, elle se chargera de coordonner la lutte contre une éventuelle épidémie de grippe porcine.

L'appel de l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé mercredi soir de relever à 5 son niveau d'alerte pandémique. Elle a prévenu que la pandémie est désormais «imminente», a indiqué sa directrice générale Margaret Chan.

Le niveau d'alerte sanitaire a été relevé de 4 à 5 (sur une échelle qui en compte 6). «Tous les pays doivent immédiatement activer leur plan de préparation à la pandémie», ajoute l'OMS.

Tout en soulignant que le monde était mieux préparé que jamais dans l'histoire, Margaret Chan a relevé que la maladie évoluait rapidement. Elle a appelé les différents pays à activer leur plan de préparation à la pandémie.

Margaret Chan, directrice de l'OMS a exhorté les laboratoires pharmaceutiques à augmenter leur production de traitements antiviraux, précisant que les stocks de son organisation n'étaient pour l'heure pas suffisants.

swissinfo avec les agences

Permanence en Suisse

Numéro de la permanence téléphonique Medgate: 0041.(0)31.322.21.00.

End of insertion

Pas de ralentissement

Pas fini. Partie du Mexique où elle pourrait avoir fait 159 morts, l'épidémie de grippe porcine nord-américaine a continué de se propager mercredi sans montrer de signe de ralentissement.

Cas. Un premier décès a été annoncé aux Etats-Unis, alors que de nouveaux cas étaient confirmés en Europe. Un petit Mexicain de 23 mois a succombé au virus mutant A/H1N1 au Texas, où il était venu se faire soigner. Il s'agit du premier décès confirmé hors du Mexique.

End of insertion
swissinfo.ch
swissinfo.ch
swissinfo.ch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article