Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une bouffée d'antisémitisme souffle sur la Suisse

En avril 2005, plusieurs Croix-gammées et des inscriptions antisémites avaient été découvertes à la grande synagogue Beth Yaacov de Genève.

(Keystone)

Depuis le début de l'offensive israélienne contre la Bande de Gaza, les propos et les actes antisémites se multiplient en Suisse, selon la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation. Une ampleur que nuance SOS Racisme.

«Depuis que j'ai pris mes fonctions à la CICAD il y a 5 ans, c'est la première fois que je constate un tel développement de haine à l'égard des juifs. Nous assistons à une déferlante antisémite en Suisse», s'inquiète Johanne Gurfinkel, secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD).

Vitrine brisée

Depuis le lancement de l'offensive militaire israélienne contre les nationalistes islamistes du Hamas dans la Bande de Gaza, l'association a constaté une aggravation et une augmentation claire des actes antisémites. Et ce sous la forme d'insultes verbales, de graffitis, de flyers ou de commentaires sur les sites web des médias.

L'action la plus grave s'est déroulée dans la nuit du 11 au 12 janvier. La vitrine d'un centre d'études juives de Genève qui présentait des livres de prière a été brisée à coups de pierre.

A Genève, de jeunes étudiantes juives ont aussi reçu des messages antisémites via le réseau Facebook. D'autres étudiantes se sont fait traiter de «sale juive» dans la cour d'un collège genevois.

Selon Johanne Gurfinkel, cette production de haine est plus importante que lors de l'offensive israélienne au Liban en 2006. Les propos, eux, ne varient guère: ils accusent tous les juifs d'être responsables des actions du gouvernement israélien, ils comparent les juifs aux nazis ou réclament de terminer l'extermination entreprise par ces derniers.

Sortir du bois

«Comparer la politique israélienne à celle des nazis est une infamie. C'est une manière de banaliser le nazisme et la shoah», s'indigne Johanne Gurfinkel.

Pour évaluer l'ampleur de ces bouffées de haine, la CICAD a contacté les rédacteurs-en-chef des quotidiens de Suisse romande. «Ils nous clairement dit qu'ils étaient noyés sous les commentaires antisémites envoyés sur leurs sites et qu'ils n'arrivaient plus à les filtrer», relève le secrétaire général de l'association.

Avant d'expliquer: «Des antisémites se revendiquant comme tels profitent de ce conflit pour sortir du bois. S'y ajoute un antisémitisme plus récent lié au conflit israélo-arabe.»

Manifestations pacifiques

Cela dit, tous les signaux n'ont pas viré au rouge. Karl Grünberg remarque que les manifestations en faveur des Palestiniens n'ont pas dérapé. «Le mouvement de solidarité en faveur du peuple palestinien a fait preuve d'une grande prudence. Les organisateurs n'ont propagé aucun slogan antisémite», relève le secrétaire général pour la Suisse romande de l'association SOS racisme.

Un constat que partage partiellement Johanne Gurfinkel. «Contrairement à la France, ces manifestations n'ont pas donné lieu à des dérapages violents. Mais nous déplorons la présence occasionnelle de drapeaux du Hamas - une organisation terroriste - et la virulence des propos de certains responsables politiques. Cela pourrait être interprété par certain comme une incitation à des actes violents», estime le secrétaire général de la CICAD.

L'association cite en particulier les propos tenus par les parlementaires Ueli Leuenberger (Vert) et Joseph Zisyadis (communiste), ainsi que ceux du responsable de la santé du Canton de Vaud, le socialiste Pierre-Yves Maillard, lors d'une manifestation nationale à Berne.

Dans les colonnes du quotidien Le Courrier, ce dernier a rétorqué: «Est-ce que ce sont mes propos qui sont virulents ou l'action d'Israël. Un demi-millier de femmes et d'enfants tués en quinze jours, c'est un massacre qui m'écœure, et je le répète.»

Risque d'amalgame

De son coté, Karl Grünberg trouve très dangereux d'interpréter le mouvement de solidarité en faveur des Palestiniens et les critiques à l'égard d'Israël comme des manifestations d'antisémitisme.

«Cela nourrit une confusion qui empêche de comprendre aussi bien l'antisémitisme que la lutte anticoloniale des Palestiniens. Le risque est de banaliser l'antisémitisme, voire de, paradoxalement, le légitimer», déclare Karl Grunberg.

Dans le même article du Courrier, Ueli Leuenberger accuse la CICAD d'être une «officine de propagande d'Israël». Ce qui fait bondir Johanne Gurfinkel: «Ces propos sont mensongers et diffamatoires.»

Pour autant, la CICAD ne cache pas son soutien en faveur d'Israël, tout comme la Fédération des communautés israélites de Suisse, tout en rejetant l'amalgame fait entre l'ensemble des juifs et les Israéliens.

Contradiction? «On ne peut pas refuser que des juifs se sentent solidaires d'Israël, répond Johanne Gurfinkel. Ce lien est important et rien ne pourra le détruire. Pour leur prière, les juifs se tournent vers Jérusalem. C'est une réalité. Ensuite y a la question du débat politique.»

«On ne peut tolérer qu'un juif soit attaqué sous prétexte qu'il soutient Israël et sa politique. Sinon, nous allons sombrer dans une guerre intercommunautaire permanente», martèle Johanne Gurfinkel.

Le poids de l'histoire

Une perspective que rejette également Karl Grünberg, avant d'ajouter: «Il y a une histoire de ces deux peuples et de leur confrontation au racisme qui pèse lourdement sur la conscience que ces peuples ont d'eux-mêmes.»

«Il faut se souvenir que l'Etat d'Israël est né des conséquences du génocide des juifs par les nazis, que les habitants de Palestine sont marqués par une réalité coloniale à laquelle ils s'opposent et que ce colonialisme génère lui aussi du racisme», rappelle encore Karl Grünberg.

Lui-même ne se considère pas comme anti-israélien, mais comme un adversaire résolu de la politique israélienne à l'égard du peuple palestinien depuis l'occupation de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza en 1967, suite à la Guerre des Six Jours.

Et de conclure: «Je trouverais très important qu'un débat se développe sur cette question au sein du monde juif. Il n'y a pas une seule manière d'être juif, le paradoxe étant qu'en Israël même, ce débat est beaucoup plus ouvert que dans la diaspora.»

swissinfo, Frédéric Burnand, Genève

Lumières pour la paix à Genève

Manifestation. «Le Manifeste - Mouvement pour une paix juste et durable au Proche-Orient qui réunit Juifs, Arabes et autres citoyens en faveur du dialogue entre Israéliens et Palestiniens» invite à un rassemblement de lumières pour la paix lundi prochain en fin de journée sur la plaine de Plainpalais à Genève.

En silence. La manifestation organisée par l'association doit se faire en silence, avec bougies et sans drapeaux ni slogans. Les organisateurs appellent à la fin des violences et de la guerre à Gaza.

Extrait de l'argumentaire:

«Nous n'avons pas les moyens de mettre fin aux hostilités ou d'imposer la paix, mais nous pouvons refuser de nous laisser diviser par une logique de guerre inacceptable ici ou là-bas.
Nous tenons à faire savoir que des Juifs et des Arabes continuent de se parler malgré la violence et à démontrer qu'il est possible de maintenir un espace de dialogue justement à cause de nos divergences, l'essence même du dialogue étant de connecter des points de vue différents ou opposés. »

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×