Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Suisses de l’étranger: tendance aux séjours courts

Près de 75% des Suisses de l’étranger ont la double nationalité.

Près de 75% des Suisses de l’étranger ont la double nationalité.

(Keystone)

Plus de 700'000 Suisses vivent à l’étranger, la plus grande partie d’entre eux en Europe. Selon l’organisation des Suisses de l’étranger (OSE), la tendance est aux émigrations de courte durée dictées par des raisons professionnelles uniquement.

La statistique des Suisses de l’étranger du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) présente minutieusement quels citoyens à croix blanche habitent dans quel pays du monde. Mais elle ne dit rien de la durée du séjour ni des raisons de l’émigration.

«Nous pensons que beaucoup de Suisses partent à l’étranger pour des raisons professionnelles», indique Ariane Rustichelli, porte-parole de l’organisation des Suisses de l’étranger (OSE). «La tendance qui se dessine depuis une dizaine d’années est très claire: les gens partent seuls pour quelques années à l’étranger et reviennent ensuite, la plupart d’entre eux pour du travail ou pour une formation», poursuit-elle.

Les pays asiatiques attirent de plus en plus de Suisses, même si leur nombre reste faible. «Je peux m’imaginer que beaucoup de personnes choisissent des pays ayant une forte croissance pour y travailler», affirme Ariane Rustichelli.

La majorité travaille

«Il y a bien sûr des personnes retraitées qui émigrent en Asie mais trois quarts des Suisses de l’étranger sont actifs, c’est-à-dire qu’ils ont entre 18 et 65 ans. L’opinion selon laquelle la majorité des Suisses de l’étranger sont des retraités est une idée préconçue», précise la porte-parole.

Le DFAE confirme que de plus en plus de Suisses émigrent pour une courte période. «Beaucoup émigrent pour une nouvelle formation et compléter leur cursus professionnel, pour une durée de six mois ou d’une année, pas forcément pour s’installer», explique Jean-François Lichtenstern, délégué du DFAE pour les relations avec les Suisses de l’étranger.

Voter et élire

Selon la statistique, quelque 30'000 Suissesses et Suisses partent pour l’étranger chaque année et 25'000 en reviennent. En 2011, le nombre d’Helvètes enregistrés à l’étranger a augmenté de 8517 personnes, soit 1,23%.

Le nombre de personnes s’inscrivant dans les registres électoraux pour pouvoir participer aux votations et aux élections suisses a progressé davantage (+5,5%). Actuellement, 143’288  Suisses de l’étranger peuvent ainsi faire valeur leurs droits et voter dans leur canton d’origine.

Pétition pour le vote électronique

Ce fort intérêt a incité l’OSE à demander la rapide introduction du vote électronique. «Le vote par correspondance ne fonctionne pas toujours. Pour l’OSE, le e-voting est une étape de modernisation indispensable allant dans l’intérêt de tous les citoyens et offrant un instrument indispensable pour l’avenir de la démocratie directe en Suisse», écrit l’organisation dans un communiqué de presse.

Pour les communes et les cantons, le e-voting peut aussi représenter un moyen «important de faciliter et de rationaliser» les scrutins, poursuit l’association: le dépouillement peut en effet être automatisé, accélérant l’obtention des résultats. Les coûts s’en trouvent aussi réduits. Finalement, toujours selon l’ASO, le e-voting est «urgent et nécessaire pour convaincre les futures générations» d’exercer leurs droits démocratiques.

La majorité des Suisses de l’étranger vivent en France (183'754 personnes). Le deuxième pays le plus «couru» est l’Allemagne (79'050), suivie par les Etats-Unis (75'637). En fin de liste arrivent São Tomé-et-Principe, la Micronésie et Kiribati, qui comptent tous… un Suisse de l’étranger.

La 5e suisse

Depuis 1977, les Suisses établis à l’étranger peuvent élire le Conseil national dans les 26 cantons – ou y être élus. Ce droit n’est garanti que dans 11 cantons en ce qui concerne le Conseil des Etats.

Les Suisses de l’étranger doivent s’inscrire dans un registre électoral pour participer aux élections fédérales. Ils peuvent le faire dans leur dernière commune de domicile ou dans leur canton d’origine. 

Depuis 1992 et l’introduction du vote par correspondance, la participation politique de la cinquième Suisse a fortement augmenté. Fin 2011, 143’288 Suisses de l’étranger étaient inscrits dans un registre électoral.

Fin de l'infobox


(Traduction de l’allemand: Ariane Gigon), swissinfo.ch


Liens

×