Swiss Steel victime de la conjoncture

La sidérurgie Swiss Steel à Gerlafingen. Keystone Archive

Le groupe sidérurgique Swiss Steel a vu son bénéfice net plonger de 79% l'an dernier. La faute à la conjoncture et à l'euro.

Ce contenu a été publié le 11 mars 2002 - 14:20

Le groupe avance exclusivement des facteurs externes pour expliquer la chute de sa rentabilité. «La sidérurgie est un marché extrêmement cyclique, explique le président de la direction Marcel Imhof. Et, dès le 2e trimestre 2001, les clients ont commencé à réduire leurs stocks, tirant les prix vers le bas.»

L'envolée du prix du gaz naturel, qui a renchéri d'un quart en moyenne par rapport aux tarifs déjà élevés de l'année précédente, a également joué un mauvais tour au groupe soleurois. De même que l'affaiblissement de l'euro.

Une variation d'un centime du rapport de change entre la devise européenne et le franc a un impact de trois millions de francs sur le résultat opérationnel du groupe.

Ainsi, calcule Marcel Imhofles, les comptes 2001 sont marqués par des effets de change défavorables à hauteur de 15 millions de francs en comparaison avec l'exercice précédent.

Alliance en vue

Les ventes ont également été sous pression. Le chiffre d'affaires a reculé de 587 à 577 millions de francs, soit un fléchissement de 1,8%.

Swiss Steel aimerait mieux exploiter les capacités de ses fonderies, en particulier celle de von Moos à Emmenbrücke dans le canton de Lucerne, spécialisée dans les aciers de qualité.

Le groupe, comme il l'avait déjà annoncé l'an dernier, est donc à la recherche d'une alliance avec une entreprise étrangère qui lui permettrait de valoriser ses sites en Suisse.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article