Navigation

Le funiculaire des records ramène Stoos à la Belle Époque

Avec une pente de 110%, le funiculaire de Stoos (Schwytz) est le plus raide du monde. © KEYSTONE / URS FLUEELER

Une pente à vous donner des frissons pour admirer un panorama à vous couper le souffle: c’est ce que promet le funiculaire de Stoss, le plus raide du monde. Grâce à ce record, le petit village de Suisse centrale est redevenu une destination prisée du tourisme international.

Ce contenu a été publié le 07 août 2018 - 15:35
Luigi Jorio, Stoos

Le couple de Japonais âgés semble perdu. Lui n’arrête pas de scruter les horaires des transports publics. Train, bus ou bateau? Elle regarde autour d’elle, stupéfaite, en quête d’illumination. Tous deux sont équipés pour la montagne, avec chaussures et bâtons. Dans la petite station ferroviaire de Brunnen, bourgade du canton de Schwytz sur les rives du Lac des Quatre-Cantons, ils paraissent désorientés.

Je tente de les aider et demande: «Stoos?». Aucune réaction. «Railway?». Toujours rien. Alors j’allonge les doigts et incline la main comme pour indiquer une pente raide. «World record?» «Yes, yes!», répondent-ils en chœur. Par manque d’une langue commune, la conversation s’arrête là. Mais une chose est sûre: les deux touristes veulent essayer le funiculaire le plus raide du monde.

Contenu externe

Un écho planétaire

Inauguré en décembre 2017, le funiculaire de StoosLien externe relie le village schwytzois du même nom dans la vallée de la Muota, connue pour son folkloreLien externe et les grottes de l’HöllochLien externe, qui sont parmi les plus longues du monde. Le funiculaire remplace la vieille ligne construite en 1933, et dont la concession touchait à sa fin.

Avec la nouvelle liaison, qui a coûté plus de 52 millions de francs, trois minutes suffisent pour effectuer le trajet de 1740 mètres pour une dénivellation de 744 mètres. A son point le plus raide, l’inclinaison atteint 110%, soit 47 degrés. Une caractéristique qui a catapulté Stoos dans les médias du monde entier, des Etats-Unis à la Chine.

«Nous nous attendions à un certain intérêt au niveau international, mais pas à ce point. Le funiculaire était présent dans presque tous les pays du monde», indique Ivan Steiner, responsable du tourisme régional. Sur les réseaux sociaux, les vidéos du funiculaire grimpant sur le flanc de la montagne entre les protections anti-avalanches ont été visualisés des millions de fois.

Contenu externe


La destination préférée de la reine Victoria

Situé à 1'300 mètres d’altitude, Stoos compte quelque 150 habitants. Le village est fermé au trafic, et les seuls moyens d’y arriver sont, outre une étroite route privée, le téléphérique et le nouveau funiculaire. «Nous dépendons fortement du tourisme, surtout le tourisme hivernal», explique Daniel Betschart, maire de la commune de Morschach-StoosLien externe.

La région était déjà connue à la Belle Époque. A la fin du siècle passé, le centre de soins de Stoos était très apprécié de la clientèle la plus aisée. Grâce au succès de ses thérapies à base de petit-lait, il attirait un public international, en particulier français, russe et anglais, peut-on lire sur le site de l’hôtel érigé à l’emplacement de l’ancienne structure. «La reine Victoria passait souvent des vacances dans notre commune. Elle restait plusieurs semaines, accompagnée de sa suite. Ici, il y avait de grands hôtels et non pas un seul, mais deux terrains de golf de 18 trous», raconte M. Betschart.

Parmi les 52 lieux à visiter en 2018

Après la Première Guerre mondiale, le tourisme a subi un recul. Pendant la période qui a suivi, c’était principalement la clientèle locale ou des cantons limitrophes qui se rendait dans cette zone de la Suisse centrale. «Avec le nouveau funiculaire, le tourisme international fait son retour», observe Daniel Betschart.

Une constatation qui se confirme lorsque l’on se promène dans les petites rues sans voitures de Stoos. En cette journée ensoleillée de fin juillet, les terrasses des restaurants sont bondées, bien que l’heure du dîner (déjeuner) soit passée depuis un bout de temps. Aux tables, on entend certes surtout parler le suisse-allemand, mais les familles du Golfe persique, de l’Asie ou de l’Europe de l’est ne manquent pas.

L’hiver dernier, le nombre de visiteurs a dépassé d’environ 30% celui de l’année précédente, relève Ivan Steiner. Et entre le 1er mai et le 24 juillet de cette année, on a enregistré 109'000 visiteurs, soit le double par rapport à la même période de 2017. «Cette évolution est sans aucun doute liée au nouveau funiculaire, qui peut transporter jusqu’à 1'500 personnes par heure, soit 500 de plus que l’ancienne installation.

«Il est toutefois difficile de quantifier son impact effectif, car il faut également tenir compte des excellentes conditions météo», relativise le responsable du tourisme. Ce qui est sûr, c’est que Stoos peut aussi compter sur une publicité inattendue, ajoute-t-il. «Sur sa liste des 52 lieux à visiter en 2018Lien externe, le New York Times a placé Stoos et la région du Lac des Quatre-Cantons en cinquième position. Pour nous, il s’agit là d’un beau coup de pouce promotionnel!».

Stoos, à 1'330 mètres au-dessus du niveau de la mer. swissinfo.ch


Sans marches et au centre du village

Si le funiculaire de Stoos a fait le tour du monde, c’est également grâce à son design futuriste et à sa technologie innovatrice. Le système d’équilibrage conçu par le fabricant suisse Garaventa permet de maintenir les cabines toujours dans la position horizontale. Aux stations d’embarquement de la vallée et à Stoos, point besoin donc de marches qui gêneraient le flux des voyageurs avec bagages, poussettes ou chaises roulantes, explique M. Steiner. «C’était une des exigences pour faciliter le transport des passagers mais aussi des marchandises. Il existe d’autres systèmes qui réussissent à compenser l’inclinaison, mais celui-ci est le seul permettant d’avoir également des cabines très compactes, un critère essentiel vu que le funiculaire doit traverser trois galeries», ajoute-t-il.

Les cabines restent toujours horizontales, même aux endroits les plus raides. Ivan Steiner


Une autre particularité est la position de la nouvelle station de montagne. A la différence de l’ancienne, elle se trouve au centre du village et à proximité des remontées mécaniques. Un avantage certain tant pour les touristes, qui peuvent ainsi chausser leurs skis à la sortie des cabines, que pour les résidents. Car ainsi que le rappelle le maire Daniel Betschart, le funiculaire est avant tout un moyen de transport public pour ceux qui doivent se rendre dans la vallée et une manière pratique pour transporter en haut de la montagne toutes les marchandises nécessaires au village, du matériel de construction aux denrées alimentaires.

«C’est comparable à un bus ou un train. Avec le nouveau funiculaire, nous pouvons désormais garantir un transport public aux habitants. Il s’agit là d’une liaison fondamentale», renchérit Ivan Steiner. A Stoos, affirment nos deux interlocuteurs, tout le monde est heureux d’avoir cette nouvelle liaison. Il a fallu toutefois 14 ans et onze votations pour concrétiser le projet.

«Nous avons voté cinq fois rien qu’ici!»

«Dans certains pays, les gens ne peuvent pas s’exprimer sur les grands projets. Ici en revanche, les citoyens ont été consultés onze fois», explique Daniel Betschart. Il s’agissait surtout de «votations sur des questions procédurales», dit-il, étant donné que le nouveau tracé du funiculaire, qui traverse le territoire de trois communes, nécessitait la modification de plusieurs plans directeurs. Dans la seule commune de Morschach-Stoos, la population a été appelée cinq fois aux urnes, se rappelle le maire.

«Le projet a toujours obtenu un ample soutien. Les habitants ont aussi approuvé le crédit de cinq millions de francs, une somme énorme pour une petite commune de 1'100 habitants comme la nôtre». Un investissement qui, selon Ivan Steiner, constitue une sorte d’assurance vie pour le village alpin. «Le nouveau funiculaire a assuré le futur du tourisme à Stoos et dans toute la région».

Vue sur le Lac des Quatre-Cantons depuis la cime du Fronalp (à 1'922 d’altitude), accessible en télécabine depuis Stoos. swissinfo.ch

Le funiculaire des records en chiffres

Inclinaison maximale: 110% (47 degrés)

Passagers: 1'500 par heure

Durée du trajet: de 3 à 5 minutes

Longueur du trajet: 1740 mètres

Dénivellation: 744 mètres

Coût total: plus de 52 millions de francs

Coût du billet: 22 francs aller-retour (sans réductions)

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.