Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

UMTS: le parcours du combattant ne fait que commencer

Le grand perdant de ces enchères est sans conteste la Confédération.

(Keystone)

Les quatre licences UMTS suisses pour la téléphonie mobile du futur ont été vendues au prix de 205 millions de francs à Swisscom, Orange, Telefonica et dSpeed. Pour ces opérateurs, c'est le début d'une grande aventure non dénuée de risques.

Sans surprises, les concessions helvétiques UMTS pour la téléphonie mobile de troisième génération ont été attribuées aux quatre opérateurs qui ont participé aux enchères.

Swisscom, l'Espagnol Telefonica et dSpeed (l'alliance entre Sunrise et diAx) ont déboursé chacun 50 millions de francs, le prix minimum demandé par Berne, alors qu'Orange a offert 55 millions.

Le grand perdant de ces enchères est sans conteste la Confédération qui, il y a quelques mois, escomptait empocher au moins quatre milliards de francs.

Mais les gagnants n'en sont qu'au début de leurs peines. L'euphorie des premières attributions des licences UMTS a désormais fait place aux doutes. Les opérateurs devront franchir de nombreux écueils avant que ce système soit opérationnel et surtout rentable.

Ils devront d'abord débourser près d'un milliard de francs pour construire le nouveau réseau. La mise en place des antennes risque de poser des problèmes. Actuellement, les trois opérateurs mobile Swisscom, diAx et Orange ont déployé quelque 5500 antennes sur le territoire suisse.

Pour l'UMTS, il en faudra deux fois plus. La bataille s'annonce rude entre les sociétés et les particuliers qui craignent que ces installations n'aient des effets nocifs sur la santé, sans oublier les écologistes.

La deuxième inconnue concerne les services proposés et les coûts pour les clients. Opérationnelle vers 2002, l'UMTS nous promet monts et merveilles: images et son, accès rapide à Internet, achats de billets, transactions bancaires, etc.

Mais pour l'instant cette technologie n'est pas vraiment maîtrisée et personne ne sait réellement quels revenus les opérateurs vont retirer de ces services.

Enfin, l'arrivée, au printemps prochain, de la technologie GPRS qui va fortement accroître les capacités de système GSM actuellement en fonction pour la téléphonie mobile, pourrait faire de l'ombre au développement rapide du futur réseau UMTS. De nombreux services promis par l'UMTS seront aussi accessibles avec des cellulaires GPRS.

En Suisse, le nouvel arrivé Telefonica va probablement être très agressif dans sa politique de prix pour se faire une place au soleil face à ses trois concurrents qui sont déjà actifs sur le marché du mobile. Une stratégie qui devrait peser sur les résultats des opérateurs. Les experts estiment qu'il faudra entre 5 et 10 ans pour rentabiliser les investissements.

Luigino Canal

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×