Navigation

Un avenir commun pour la région du Gothard

La région du Gothard veut devenir un pôle attrayant et viable d'ici 2020. Keystone

Les cantons d'Uri, du Tessin, des Grisons et du Valais veulent développer ensemble la région du Gothard avec le projet «Le cœur des Alpes au centre de l'Europe».

Ce contenu a été publié le 26 février 2007 - 18:18

La création de cet espace commun découle de la réalisation prévue de la «Porta Alpina», qui prévoit la construction d'une gare dans le nouveau tunnel du Gothard.

La région du Gothard veut devenir d'ici 2020 un pôle touristique attrayant et économiquement viable grâce au Projet de développement territorial et régional du Gothard (PREGO).

C'est le défi lancé lundi par les cantons d'Uri, du Tessin, du Valais et des Grisons, qui vont désormais collaborer davantage pour favoriser le développement de cet espace commun.

Objectif: pallier le recul des emplois et la faible évolution démographique, selon le rapport présenté à la presse lundi à Berne.

Les premières mesures concrètes seront prises très bientôt: union tarifaire dans la région Disentis (Grisons) - Sedrun (Grisons) - Andermatt (Uri) - Tessin - Conches (Valais), regroupement des produits pour le tourisme estival et label commun «San Gottardo».

Coup de fouet économique

Puis d'autres projets suivront, toujours dans le but de donner un coup de fouet à l'économie de la région. Les cantons concernés misent sur une croissance de 30 à 50% des chiffres d'affaire et du nombre d'emplois, principalement dans le tourisme.

Les structures organisationnelles nécessaires pour la vision 2020 seront mises sur pied cette année. Les quatre cantons vont conclure une convention. Les associations de développement de la région tessinoise Tre Valli, de celle de Conches, d'Uri et de la Surselva grisonne collaboreront pour leur part plus étroitement au sein d'un groupement commun.

Sur le plan privé, les cantons appellent à la création d'une société de marketing. Celle-ci sera chargée de la gestion de la marque faîtière ainsi que du développement et de la vente d'offres communes.

Porta Alpina en toile de fond

La région est appelée à être un paysage culturel alpin où il fait bon vivre et engendrant une durabilité écologique, économique et sociale. Elle est la zone complémentaire au plateau urbain et aux régions métropolitaines, ont souligné les représentants des quatre cantons.

Le projet Porta Alpina, l'ascenseur qui doit relier le tunnel des Nouvelles transversales ferroviaires alpines à la Surselva, est à l'origine de la démarche. Le Conseil fédéral a commandé dans ce cadre une vision d'un développement commun de la région.

Et le rapport de citer comme projets phares, outre Porta Alpina, le futur complexe touristique d'Andermatt (Uri) et la sécurisation de l'actuelle ligne ferroviaire du Gothard.

Cette dernière joue un rôle vital en servant de raccordement de base entre les vallées de la Reuss, d'Urseren, de Conches (Valais) et la Léventine.

swissinfo et les agences

Faits

En décembre 2006, 71,6% des citoyens des Grisons ont plébiscité le projet de la Porta Alpina.
Il s'agit de construire une gare dans le nouveau tunnel ferroviaire du Gothard et un ascenseur de 800 m pour la relier au village de Sedrun.
Cette réalisation coûtera entre 40 et 50 millions de francs, dont 20 millions au canton des Grisons.
La Confédération devrait payer 25 millions.
La région de la Surselva a promis 5 millions.

End of insertion

Les axes du Gothard

Présentation interactive de la région

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.