Un pudding kitsch et gai

«Manna, fantasme ultime pour certains névrosés de la papille!» swissinfo.ch

Sur l'arteplage neuchâtelois, l'exposition «Manna» propose de réfléchir au contenu de votre assiette.

Ce contenu a été publié le 20 août 2002 - 11:42

Et de se glisser dans un pudding géant. Jaune au-dehors. Bleu ciel nuancé de nuages au-dedans.

Vue de l'intérieur comme de l'extérieur, la structure gonflable qui abrite l'exposition «Manna» est éclatante.

Et attirante: pénétrer dans un pudding de 48 mètres de diamètre et de 15 mètres de hauteur, relève sans doute du fantasme ultime pour certains névrosés de la papille.

Happés par la sucrerie géante, vous vous faufilez entre deux biscuits hypertrophiés et pénétrez dans un univers vert, rose et radieux, qui sent la vanille à plein nez. Allergiques au doucereux et au pimpant s'abstenir.

S'inscrivant dans la thématique globale de l'arteplage neuchâtelois, «Nature et artifice», la Coop propose avec «Manna» (la fameuse et très biblique manne) une réflexion sur ce que nous mangeons, qu'il s'agisse de produits bios ou parfaitement chimiques.

La nature, côté taupe et côté hirondelle

D'abord, Manna vous envoie au sous-sol, histoire de vous montrer ce qu'est un sol «sain et vivant».

Compagnon momentané de la taupe et du lombric, c'est dans une semi-obscurité que vous découvrez, à l'aide de films et de bruitages, à quel point la terre que nous foulons est fréquentée par d'innombrables organismes.

De retour à la lumière, vous gravissez des escaliers qui serpentent dans un charmant potager en terrasses, entretenu avec méticulosité: légumes, herbettes, le tout garanti bio pur jus - l'un des chevaux de bataille du géant Coop.

Une fois votre ascension terminée, une immense table de pique-nique aux couleurs délicieusement Vichy vous attend.

Si vous avez pensé à prendre une collation avec vous, ce sera le lieu et l'occasion rêvés pour partager votre manne perso avec votre voisin, dans une joyeuse communion œcuménique, gastronomique et multilingue: prosit, santé, salute, et tout cela.

Retour au caddy

De retour au rez-de-chaussée, c'est le monde de l'artifice qui vous attend. Car, au cœur de la butte sur laquelle vous avez fraternisé autour d'un sandwich ou d'un œuf mayonnaise - c'est un exemple - se niche une drôle d'installation: une sorte de fraise géante régulièrement aspergée de puissants jets de vapeur.

A l'écoute de «Strawberry Fields Forever», de qui vous savez, vous baignez vous-même dans un parfum de fraise à la limite de l'écœurant. Une façon de vous rappeler que «la production naturelle de fraise couvre à peine 5 % de la demande mondiale en arôme de fraise», comme le précise un écriteau.

Enfin, mélange de nature et d'artifice, vous pourrez admirer un immense pommier «partiellement» artificiel, entouré d'une foultitude de bocaux contenant chacun une pomme différente: 365 au total. Une façon de rappeler que Mère Nature est infiniment plus généreuse dans sa diversité que le supermarché de votre quartier.

Un constat qui, venant de l'une des plus puissantes chaînes d'alimentation de Suisse, ne manque pas d'humour. Ou de cynisme. Les lois de la nature ou les lois du marché, il ne faudrait pas non plus tout mélanger.

swissinfo/Bernard Léchot

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article