Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une ouverture pour le romanche

Dans les écoles grisonnes, l'enseignement du romanche a été revalorisé.

(Keystone)

Alors que la quatrième langue nationale suisse s’éteint gentiment, un défenseur inattendu lui apporte son soutien...

Microsoft est en train de développer une interface permettant aux utilisateurs de PC de travailler en romanche avec les programmes très répandus que sont Windows et Office.

Cette interface fait partie d’un projet consistant à mettre la technologie informatique au service des langues mineures.

Par le biais de ce projet intitulé 'Programme de langues régionales’, le géant de l’informatique espère faire passer de 40 à 80 le nombre de langues utilisables avec un ordinateur. Ceci afin de permettre aux gens du monde entier de travailler dans leur propre langue maternelle.

L’association de linguistique et de culture romanche, Lia Rumantscha, collabore avec Microsoft au développement de ce programme de langue, attendu à l’automne prochain.

Lia Rumantscha et Microsoft Suisse ont réservé un accueil très favorable au développement du projet qui démarre au moment même où des études montrent que le romanche (un nom générique qui regroupe les cinq dialectes parlés dans les Grisons) est de moins en moins utilisé.

Il ressort en effet du recensement de 2000 que seuls 35’000 Suisses citent le romanche en tant que première langue. Une autre étude, publiée mardi dernier, montre que la quatrième langue nationale reste confinée au cœur de la Basse-Engadine et dans les vallées de Surselva.

«Le projet démontre que le romanche peut être utilisé, comme tout autre langue majeure, dans tous les domaines, même ceux nécessitant un vocabulaire plus sophistiqué ou technique», explique Daniel Telli de Lia Rumantscha à swissinfo.

Un vocabulaire en expansion

Telli a récemment visité le siège de Microsoft à Seattle pour collaborer au développement des applications en romanche, comprenant un vérificateur d’orthographe. Selon lui, amener le romanche dans les domaines de la technologie de l’information faciliterait les efforts entrepris pour établir une langue écrite standard: le rumantsch-grischun.

«Le projet permet d’augmenter notre base de données et de développer notre vocabulaire. Et il nous oblige, à la Lia Rumantscha, de pousser plus avant les règles d’une langue écrite unifiée.»

Dans un communiqué de presse, Alexander Stüger, le directeur général de Microsoft Suisse se montre enthousiaste à l’idée d’inclure le romanche au 'Programme de langues régionales’.

«Chez Microsoft, nous sommes heureux de pouvoir participer, dans le cadre de notre engagement social envers la Suisse, à l’élaboration du rumantsch-grischun en tant que langue écrite officielle pour la partie romanche de la Suisse», écrit-il.

«Le but de notre collaboration avec le canton des Grisons est d’apporter une contribution active, à travers la technologie de l’information, aux diversités culturelles et linguistiques de la Suisse. En d’autres termes, nous allons utiliser une technologie plus actuelle pour préserver des traditions de longue date.»

Sauvegarder le romanche

Daniel Telli, de la Lia Rumantscha, explique que le logiciel devrait compléter d’autres mesures prévues par le canton visant à protéger la langue, notamment en favorisant l’enseignement du romanche dans les écoles et en encourageant l’église et l’administration à utiliser le romanche.

Les autorités grisonnes notent que même dans les régions où le romanche était traditionnellement parlé, l’allemand s’est étendu ces dernières décennies. Alors qu’on comprend encore le romanche, l’allemand l’a remplacé en tant que langue principale.

Mais les autorités voient, malgré tout, des signes encourageants en Basse-Engadine et dans la région de Surselva où les écoles ont fait un pas en avant et l’enseignement se fait en romanche.

«Espérons que ce projet renforce la conscience linguistique des Romanches et mette en avant le fait qu’il y a quatre langues nationales en Suisse», conclut Daniel Telli.

swissinfo, Morven McLean
(Traduction de l’anglais: Philippe Varrin)

Faits

Selon le recensement 2000, le romanche est la langue maternelle de 35'100 Suisses, soit 0,5% de la population
En 1990, 0,6% de la population parlait romanche
60’561 personnes citent le romanche comme une de leurs langues, soit 8,4% de moins qu’en 1990

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.