Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une ouverture pour les pharmaceutiques suisses aux Etats-Unis

Le secrétaire d'Etat David Werner Syz a annoncé un renforcement de la coopération américano-suisse.

(Keystone Archive)

La Suisse et les Etats-Unis ont finalisé, mardi à Washington, un plan de travail prometteur. Il permettra une plus grande coopération entre les deux gouvernements dans le domaine de la réglementation des produits pharmaceutiques.

Le secrétaire d'Etat David Syz qualifie de «constructive» la deuxième réunion plénière de la Commission économique bilatérale Suisse - Etats-Unis, qui a été lancée l'an dernier à Davos.

Accompagné notamment par une délégation du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), David Syz a précisé, également, qu'un programme a été adopté afin d'amplifier la coopération entre la Suisse et les Etats-Unis. Et ceci à l'approche du prochain round de négociations dans le cadre de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), prévu à l'automne.

Mais, surtout, David Syz a annoncé la mise en place d'un plan de travail qui devrait déboucher sur une coopération plus étroite entre la Suisse et les Etats-Unis dans le domaine de la réglementation de l'industrie pharmaceutique.

Ainsi, les deux pays s'engagent à collaborer au niveau de leurs instances respectives de tutelle: la Food and Drug Administration du côté américain et de l'Office intercantonal du contrôle des médicaments (OICM) du côté suisse.

L'objectif de cet accord se fonde sur une réciprocité: à moyen ou à long terme, les inspections et les examens conduits par l'OICM seront reconnus aux Etats-Unis. Et les mêmes activités effectuées par la FDA le seront également en Suisse.

Néanmoins, le secrétaire d'Etat a souligné la nécessité de «s'assurer que la FDA ne se concentre pas uniquement sur l'aspect commercial, mais agisse en tant qu'organisme spécialisé dans la santé».

Mais les relations entre la Suisse et les Etats-Unis ne sont pas dénuées de problèmes. Ainsi, un désaccord persiste à propos de l'Irak et du programme «pétrole contre nourriture» géré par l'ONU. David Syz a clairement déploré que «l'industrie helvétique soit tenue en suspens en raison de ce programme».

L'expansion et la suppression du programme «pétrole contre nourriture» sont certes régulièrement évoquées à l'ONU. Mais le secrétaire d'Etat a laissé entendre que les Américains traînent les pieds. «Ce dossier n'est pas discuté aussi vite que nous le souhaitons», a-t-il ainsi déclaré.


Marie-Christine Bonzom, Washington


Liens

×