Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une propagande «indigne»

Gian Marino Martinaglia, Dylan Karlen et Markus Erb (depuis la g.) du comité «Citoyens pour les Citoyens».

(Keystone)

Les partisans de l'initiative «Souveraineté du peuple sans propagande gouvernementale» montent au front en vue du scrutin du 1er juin. Cette association de «Citoyens pour les citoyens» veut remettre en question la politique d'information fédérale.

La propagande des autorités a pris ces dernières années des proportions effrayantes, en particulier avant les votations, ont critiqué les représentants du comité d'initiative lors d'une conférence de presse. Il n'est pas admissible qu'au nom de l'information, on influence l'opinion du peuple de cette manière, a jugé le Tessinois Gian Marino Martinaglia.

Muselière en cause

Première «manipulation» dénoncée par l'association, le fait que son texte soit qualifié à tort d'«initiative muselière». Cette désignation vient du Palais fédéral, où des centaines de personnes sont payées pour faire de l'information avec l'argent des contribuables, a fustigé le président de l'association Markus Erb.

La vraie muselière se trouve dans le contre-projet à l'initiative élaboré par le Parlement, selon lui. Enfreignant la séparation des pouvoirs, ce texte veut en effet interdire au gouvernement de formuler une recommandation de vote différente de celle des Chambres fédérales.

Ce contre-projet «totalement inopportun» va augmenter encore le flux de la communication déjà excessive de l'exécutif, a averti Markus Erb. Les «Citoyens pour les citoyens» envisagent d'ailleurs de lancer un référendum contre ce projet en cas de refus de leur propre texte.

Silence radio

L'initiative exige du gouvernement et de l'administration fédérale qu'ils «s'abstiennent de toute activité d'information et de propagande à partir du moment où les débats parlementaires sont clos». Seules exceptions: une brève et unique information à la population par le chef du département compétent et la brochure explicative envoyée au corps électoral.

Les citoyens disposeraient ainsi d'une information «objective et honnête», a assuré le président de la section UDC (Union démocratique du centre / droite nationaliste) du Chablais, Dylan Karlen. Pour lui, l'initiative «empêche une division entre les citoyens et favorise ainsi la paix intérieure».

L'association, qui se dit hors partis, assure ne disposer que de peu de moyens pour financer sa campagne. «Aucun parti ne nous a fait de don», a assuré Markus Erb, refusant néanmoins de quantifier son trésor de guerre.

swissinfo avec les agences

En bref

L'initiative «Souveraineté du peuple sans propagande gouvernementale» a été déposée à la Chancellerie fédérale en août 2004.

Le peuple suisse est appelé à se prononcer le 1er juin. Vu qu'il s'agit d'une modification d'un article constitutionnel, cette initiative demande la double majorité du peuple et des cantons.

Si l'initiative est rejetée, ce sera alors le contre-projet indirect accepté par le Parlement qui entrera en vigueur. A l'opposé de l'initiative, ce contre-projet souligner que l'information de la population est une mission essentielle du gouvernement. Il prévoit cependant que le gouvernement ne puisse plus défendre une position autre que celle du Parlement avant une votation.

En février dernier, les citoyens du canton d'Uri ont nettement rejeté une initiative de l'UDC qui entendait éviter l'activité de «propagande» des autorités cantonales lors des campagnes de votations.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×