Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une victoire qui inquiète en Europe

(swissinfo.ch)

Si la presse internationale s'est surtout intéressée aux législatives polonaises du week-end, les élections en Suisse suscitent tout de même quelques commentaires dans les journaux étrangers.

Des commentaires le plus souvent inquiets, qui soulignent la victoire d'un parti «xénophobe», voire «raciste» et potentiellement dangereux.

«Le populiste et xénophobe Blocher emporte la Suisse», titre le quotidien français «Libération», dont le correspondant décortique la stratégie de conquête du tribun zurichois, «assez truculent pour un Suisse», mais surtout assez habile pour «faire oublier à son frileux électorat que son évangile a beau être xénophobe, il est d'abord ultra-libéral».

«Le Monde», qui qualifie l'UDC de droite «ultranationaliste», souligne lui aussi le rôle central du «charismatique» Christoph Blocher, qui tout au long de la campagne «s'est plus comporté en chef de parti qu'en ministre» et dont le parti affiche maintenant sa volonté de «transgresser les mœurs politiques en vigueur».

«Le Figaro», quant à lui, juge Blocher à la fois «intuitif et malin, lourdaud et rassurant» et voit une «tentation isolationniste» dans le vote en faveur d'un parti (l'UDC) qui «promet tout et son contraire».

Le quotidien parisien rappelle néanmoins que deux électeurs sur trois n'ont pas voté UDC, «épouvantés» qu'ils sont par «cette image éventuelle d'une Suisse xénophobe» et conscients du fait que «l'économie suisse repose sur l'immigration et ne survivrait pas à l'isolement».

Simplifications

En Allemagne, la «Süddeutsche Zeitung» voit dans le résultat de ces élections la marque d'une volonté d'un nombre toujours croissant de Suisses d'avoir un gouvernement «orienté dans un camp», à la place de l'actuelle «super-coalition de Berne».

Pour la «Handelsblatt» toutefois, cette polarisation naissante ne va pas tuer la fameuse concordance. «Le système politique suisse est fait comme aucun autre dans le monde de méfiances et de possibilités de correction» de l'action des personnes au pouvoir, rappelle le journal, en expliquant le système de démocratie référendaire.

Le quotidien économique de Hambourg souligne aussi l'absence toujours plus importante de contenu dans un débat politique de plus en plus personnalisé. Et de dénoncer les «simplifications tapageuses et provocatrices» d'une campagne largement soutenue par l'«agitateur verbal» Christoph Blocher.

La «Stuttgarter Zeitung», quant à elle, met en garde contre les dangers de cette victoire populiste. Dans un pays où «le suisse-allemand est largement parlé dans les mosquées» (signe d'intégration de la minorité musulmane), l'UDC arrive tout de même à mobiliser en brandissant la menace de l'islamisation de la société, ce qui doit constituer «une mise en garde pour l'Europe», estime le journal.

«Un pays normal»

En Italie, le «Corriere della Sera» estime que la Suisse est simplement devenue «un pays normal». Pour le journal, le fossé qui séparait les régions linguistiques est désormais dépassé et comme la plupart des pays du monde, la Suisse est divisée en deux camps selon les couleurs politiques.

Analyse similaire en Autriche, où «Die Presse» salue son voisin devenu «un pays comme les autres» et refuse d'en faire «le cœur sombre de l'Europe», comme l'avaient écrit certains titres anglo-saxons avant les élections. Selon le quotidien viennois en effet, la Suisse est «très loin d'une prise de pouvoir par l'UDC»

Commentaire rassurant, qui contraste avec celui du quotidien espagnol «El Pais», pour qui la victoire d'un parti «intolérant et xénophobe» est «inquiétante». Ou avec le compte-rendu du «Diario de Noticias», de Lisbonne, qui raconte à ses lecteurs comment une campagne «raciste» a permis cette victoire de la droite dure.

swissinfo et les agences

(swissinfo.ch)


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.