Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une visite sous le signe du marché du travail

Samuel Schmid n'aura guère le temps d'admirer Riga.

(Keystone)

Le président de la Confédération entame lundi une visite en Lettonie, trois mois avant le vote sur une extension de l’ouverture du marché suisse du travail.

Cette visite de deux jours de Samuel Schmid suit celle de son homologue balte Vaira Vike-Freiberga à Berne en 2002.

Accompagné aussi de représentants de l’économie, Samuel Schmid doit également rencontrer le premier ministre letton Aigars Kalvitis. Les discussions porteront sur les relations bilatérales entre les deux pays.

Mais selon certains observateurs, le vote du 25 septembre sur l’extension de l’accord sur la libre circulation des personnes aux dix nouveaux membres de l’Union européenne (UE) – dont la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie - pourraient figurer en bonne place dans les débats.

«Nous espérons que cette visite contribuera à intensifier la coopération entre les deux pays», plaide toutefois un porte-parole du ministre des affaires étrangères letton.

Sur les conséquences éventuelles d’un «oui» au sortir des urnes helvétiques en septembre, le même porte-parole assure «qu’il n’y a pas de raison de penser que les travailleurs lettons convergeront tous vers la Suisse».

Durant ce même voyage en Lettonie, Samuel Schmid - également ministre de la défense – s’entretiendra avec son homologue Einars Repse sur différents dossiers sécuritaires.

Plus d’argent

Un autre sujet ne devrait pas manquer de figurer au menu des entretiens entre les représentants des deux pays. Il s’agit de la contribution helvétique au fond de cohésion économique et social européen.

La Confédération a récemment promis de verser un million de francs sur une période de cinq ans. L’idée est de contribuer à l’accélération de l’intégration économique et financière des nouveaux Etats membres au sein de l’UE.

Mais la question de la destination finale de cet argent reste posée. L’Espagne, la Grèce et le Portugal auraient tous fait valoir leurs prétentions à pouvoir en bénéficier.

Traditionnellement, l’argent des fonds de l’UE est redistribué à partir des régions riches vers celles plus pauvres de l’Union. A cet égard, les pays méditerranéens sont bénéficiaires nets.

Un porte-parole de la Commission européenne rappelle toutefois pour swissinfo que l’équilibre au sein de ladite union a fondamentalement changé avec l’admission des dix nouveaux Etats membres l’an dernier.

Un bon élève

Selon ce porte-parole, «la productivité au sein des quinze Etats de l’UE (avant élargissement), à l’exception du Portugal, dépasse celle des dix nouveaux membres».

La Lettonie arrive en queue de classement en terme de Produit intérieur brut (PIB) par habitant – qui n’atteint pas la moitié du PIB moyen de l’UE à vingt-cinq.

Petit pays de 2,3 millions d’habitants, dont un tiers vit dans la capitale Riga, la Lettonie a obtenu son indépendance de l’ex-Union soviétique en 1990. Partie de très bas, elle est aujourd’hui l’un des meilleurs élèves de l’UE avec une croissance économique annuelle située entre 6% et 8% - chiffres qui font saliver la Suisse.

Dans un rapport l’an dernier, la Banque mondiale qualifiait d’ailleurs la réussite lettone d’«impressionnante», et constatait aussi que ce pays «a atteint la dernière phase de transition vers l’économie de marché».

Excédent commercial

Qui plus est, la Lettonie est aussi l’un partenaires commerciaux de la Suisse les plus dynamiques. Le niveau des échanges entre les deux pays a décuplé depuis 1995.

Concrètement, les exportations helvétiques vers la Lettonie ont pesé 123,4 millions de francs l’an dernier, contre 11,7 millions pour les importations. Ce qui propulse l’excédent commercial de la Suisse à 111,7 millions...

Vers le pays balte, la Suisse exporte surtout des produits pharmaceutiques (61% du total), des machines (7%), alors que ses principales importations sont le bois et le liège (21%), ainsi que les produits chimiques (19%).

swissinfo, Chris Lewis
(Traduction: Pierre-François Besson)

Faits

Population lettone: 2,3 millions
Capitale: Riga (764’3000 hab.)
Langue: letton (29,6% russe)
Religion: luthérien (55%)
Indépendance: 1918, 1990
PIB par hab. (2003): 4216 euros (6495 francs)
Croissance du PIB: 7,5%
Inflation (2003): 2,9%
Chômage (2003): 10%
Fait partie de l’Union européenne (2004), de l’OTAN, de l’OSCE et du Conseil de l’Europe

Fin de l'infobox

En bref

- Samuel Schmid doit arriver à Riga lundi pour une visite d’Etat de deux jours. Il est accompagné de représentants de l’économie.

- Le président de la Confédération doit notamment rencontrer les président, premier ministre et ministre de la défense lettons. Les discussions porteront sur les relations bilatérales entre les deux pays, sur divers dossiers internationaux et commerciaux.

- Le président letton s’était rendu en Suisse en 2002.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.