Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Unilabs s'attaque au marché français

Le fondateur d'Unilabs, le Belge Edgard Zwirn.

(Keystone Archive)

Numéro un suisse et leader européen des laboratoires avec un chiffre d'affaires de 164 millions de francs, le Genevois part à la conquête du marché français, annonce le quotidien L'Agefi. Le journal économique évoque la signature d'accords avec deux laboratoires de l'Hexagone.

Créé en 1987 à Genève par le Belge Edgard Zwirn, Unilabs s'est vite imposé comme le champion des laboratoires indépendants en Suisse. Entrée en Bourse en 1997, la société détient 8% du marché intérieur.

«Nous sommes une société en expansion, qui veut effectuer la moitié de son chiffre d'affaires hors de Suisse, principalement en Italie, en Espagne et en France», avait annoncé à la fin de l'année dernière le fondateur d'Unilabs.

En mars dernier, la société genevoise ouvrait à Madrid Unilabs Jimenez Diaz, l'un des laboratoires d'analyse médicale les plus modernes d'Europe. Il est maintenant question de la «signature des premiers accords avec des laboratoires de biologie clinique sur le marché français».

Avec 4200 laboratoires, le grand marché français est très fragmenté. Moins de 5% des laboratoires réalisent un chiffre d'affaires supérieur à 5 millions de francs.

Unilabs ne manque pas d'ambitions. Selon le quotidien économique de Lausanne, il espère d'ici trois à cinq ans, réaliser en France le même chiffre d'affaires qu'en Suisse. «Si les douze prochains mois seront ceux de la France, 2002 sera l'année de l'Italie».

Unilabs, qui compte une trentaine de laboratoires, et plus d'un millier de collaborateurs, sera dorénavant présent en Italie, en France, en Russie, en Turquie et en Espagne.

Leader des laboratoires médicaux en Belgique, Edgard Zwirn avait vendu sa société en 1986. Rentier à quarante ans, l'homme d'affaires s'était installé avec sa famille en Suisse pour des raisons fiscales. Mais après six mois de retraite, l'homme d'affaires avait décidé de retravailler, en rachetant trois laboratoires. On connaît la suite.

Ian Hamel


Liens

×