Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Victoire historique de la droite dure

(swissinfo.ch)

La deuxième projection globale sur les résultats de l’élection au Conseil national (chambre basse du Parlement) confirme la victoire de l’UDC.

Dans la foulée, le parti de la droite dure annonce son intention de réclamer un second siège au gouvernement pour son ténor Christoph Blocher.

Selon la deuxième projection nationale de SRG SSR idée suisse, l’Union démocratique du centre (UDC) gagnerait 11 sièges par rapport aux dernière élections de 1999.

Autres vainqueurs de ce scrutin, mais dans une moindre mesure, les Socialistes (PS) qui gagneraient 3 sièges et les Verts qui en gagneraient 4.

Des gains réalisés principalement au détriment des Démocrates-Chrétiens (PDC) qui perdraient 9 mandats et des Radicaux (PRD) qui en perdraient 6.

Les résultats sont désormais définitifs dans 16 cantons. Pour les 10 autres, ces calculs ne sont donc qu’une projection.

Quoiqu’il en soit, on peut d'ores et déjà affirmer que l’UDC est la grande gagnante de cette élection au Conseil national.

Et, si la projection s’avèrait exacte, avec 55 sièges sur 200, elle dépasserait même de justesse le PS qui en décrocherait 54.

Deux ministres ou rien

L'UDC tire une seule conclusion de ce scrutin: elle réclame un deuxième siège au gouvernement (Conseil fédéral).

En effet, sitôt connue la première projection, son président Ueli Maurer a annoncé la candidature de Christoph Blocher (député zurichois et ténor du parti) dans le but de prendre un siège aux Démocrates Chrétiens.

«Nous avons un vote historique et nous voulons en traduire immédiatement les conséquences dans les faits, a lâché le président de l'UDC. Nous voulons un deuxième siège au Conseil fédéral.»

Concrètement, «Christoph Blocher sera candidat», a lancé Ueli Maurer sur le plateau de la télévision alémanique SF DRS, lors de la première «ronde des présidents de partis».

Petite précision: Ueli Maurer ne veut pas d'un second siège au détriment des Radicaux, mais du parti gouvernemental le plus faible.

L'UDC veut le siège du PDC

«Le PDC nous doit un siège», a-t-il menacé. Et si ce deuxième siège nous est refusé, nous en tirerons alors les conséquences et mènerons une politique d'opposition».

A la question de savoir si l'UDC serait prête, le cas échéant, à quitter le gouvernement, Ueli Maurer a répondu que des discussions sur ce sujet avaient déjà été entamées avec le Conseiller fédéral Samuel Schmid, unique représentant de l’UDC au gouvernement. Et qu'elles seraient poursuivies.

S’il se retrouve au gouvernement, Christoph Blocher sera-t-il prêt à faire des compromis? Interrogé par swissinfo, le leader de l’UDC zurichoise a répondu «je suis marié depuis 30 ans, alors, je sais très bien ce que faire des compromis veut dire».

Pour mémoire, dans le système politique suisse, c’est le Parlement qui réélit chaque année le gouvernement. Cette élection aura lieu le 10 décembre.

Forte progression en Romandie

A noter, toujours selon les projections et les résultats partiels, que c’est en Suisse romande que l’UDC réalise sa plus forte progression.

A Genève, la droite dure rafle deux sièges. Mais les Socialistes en gagnent également un. En sauvant un siège chacun, les Démocrates-chrétiens et surtout les Radicaux parviennent à limiter les dégâts .

Pour le canton de Vaud, les projections attribuent deux voire trois sièges supplémentaires à l'UDC, au détriment du PRD et du PDC.

Le septième siège de Fribourg (nouveau après le dernier recensement fédéral) devrait également revenir aux démocrates du centre. Le reste de la députation fribourgeoise resterait inchangé.

A souligner enfin que l'UDC serait en recul dans son bastion zurichois. Selon une projection de l'office cantonal des statistiques, elle perdrait un siège pour passer à 12.

swissinfo et les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.