Navigation

Une certaine incertitude plane encore sur les résultats

Parmi les sondés, l'adhésion aux projets de nouvelles mesures de surveillance a un peu diminué. Keystone

L’institut gfs.bern a présenté mercredi son ultime sondage avant les votations fédérales du 25 septembre. A moins de deux semaines du scrutin, les résultats ne peuvent pas être prévus avec une certitude absolue. La Loi sur le renseignement, en particulier, pourrait réserver une surprise. 

Ce contenu a été publié le 14 septembre 2016 - 17:00

Si la votation avait été réalisée début septembre, la Loi sur le renseignement aurait été majoritairement acceptée. L’initiative AVS aurait été majoritairement rejetée et celle «Pour une économie verte» aurait recueilli une majorité très serrée, indique le sondage que gfs.bern a réalisé pour le compte du diffuseur national SRG SSR. 

Dans le détail, les résultats se présentent de la manière suivante:

swissinfo.ch

Probablement pas de hausse des retraites 

L’initiative de la gauche intitulée «AVS plus» demande que les rentes de l’assurance vieillesse obligatoire soient augmentées de 10%. Ses partisans considèrent qu’il s’agit d’une adaptation nécessaire pour compenser la baisse des rendements de l’assurance retraite professionnelle, tandis que ses adversaires dénoncent une augmentation insupportable des coûts pour une assurance déjà largement mise sous pression par le vieillissement démographique. 

Contenu externe

Lors du 1er sondage, cette initiative faisait la course en tête et bénéficiait de presqu’une moitié d’avis favorables (49%). Mais comme c’est régulièrement le cas pour les initiatives populaires, le camp des adversaires a regagné des couleurs au fil de la campagne en progressant de 9 points. Ils représentent désormais plus de la moitié des personnes interrogées (52%), alors que les partisans ne sont plus que 40%. 

Le camp des indécis (8%) est pour sa part resté stable entre les deux sondages, ce qui montre que la formation de l’opinion en est déjà à un stade avancé. Dans de telles conditions, les politologues de gfs.bern estiment qu’il existe «une nette tendance» en faveur du refus, ce qui devrait logiquement se confirmer le jour du vote. 

Le sondage 

Ce sondage a été réalisé par l’institut gfs.bernLien externe pour le compte de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSRLien externe), dont swissinfo.ch fait partie. 

Les sondeurs ont interrogé par téléphone un panel représentatif de 1415 personnes entre le 31 août et le 8 septembre. La marge d’erreur est de +/- 2,7 points.

Pour des raisons liées à la protection des données, les enquêteurs n’ont pas accès aux coordonnées des Suisses établis à l’étranger.

End of insertion

L’économie verte continue de séduire 

L’initiative «Pour une économie verte» reste en revanche en tête. Ce texte du Parti écologiste, qui exige que la Suisse se dote d’ici à 2050 d’une économie durable destinée à préserver la planète et les générations futures, a encore la faveur de plus de la moitié (51%) des personnes interrogées. 

Mais dans ce cas aussi, l’érosion qui frappe les initiatives se fait sentir. Alors que les partisans du texte ont reculé de 10 points entre les deux sondages, le camp des opposants, qui considère que cette initiative est totalement irréaliste, en a gagné 14 et représente désormais 38% des sondés. Les politologues de gfs.bern s’attendent à ce que cette tendance se poursuive. Selon eux, le 25 septembre, un refus de l’initiative est donc «plus probable» qu’une acceptation. 

Mais même si les extrapolations vont dans le sens d’un refus, les sondeurs restent prudent en soulignant que «cette initiative fait partie des initiatives potentiellement capables de recueillir une majorité». 

Incertitude croissante sur le renseignement 

La surprise pourrait aussi venir de la nouvelle loi sur le renseignement, qui offre plus de moyens d’enquête aux services secrets. Pour ses partisans, ce renforcement est rendu nécessaire par l’aggravation de la menace terroriste, tandis que ses opposants craignent la résurgence d’un «Etat fouineur» faisant fi de la vie privée des citoyens. 

A regarder les chiffres, on pourrait croire la chose pliée d’avance: les partisans sont largement en tête, avec 53% d’avis favorables, alors que les opposants ne représentent que 35% des sondés et que les indécis sont 12%. Cependant, l’adhésion au projet diminue – les partisans ont perdu 5 points par rapport au dernier sondage – alors la part des indécis a augmenté, passant de 7 à 12%. C’est un cas de figure assez peu courant. 

«La bataille électorale a dérouté une partie des personnes favorables au projet en début de campagne de votation. Une telle évolution est plutôt inhabituelle pour un projet de loi émanant des autorités», note l’institut gfs.bern. Même si les extrapolations prévoient une acceptation, les sondeurs se montrent donc prudents en notant que «la Loi sur le renseignement constitue le cas le plus complexe à pronostiquer».


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.