Navegação

Menu Skip link

Funcionalidade principal

Roche lança novo remédio contra AIDS

Roche apporte de bonnes nouvelles à la Conférence internationale sur le sida.

(swissinfo.ch)

Le Fuzeon, médicament contre le sida, développé par le groupe pharmaceutique Roche, a démontré son efficacité lors des tests de longue durée.

La commercialisation de ce médicament, qui traite les malades résistants aux traitements actuels, devrait bientôt commencer.

Le Fuzeon est le premier d’une nouvelle génération de médicaments de la famille des inhibiteurs de fusion. Ils bloquent le fonctionnement du virus HIV – qui engendre la maladie du sida – en l’empêchant de pénétrer dans les cellules du corps humain.

Les derniers tests cliniques de long terme ont confirmé les études précédentes: le Fuzeon est deux fois plus efficace que les traitements actuels pour débarrasser le corps humain du virus HIV.

«Il y a une année, nous parlions seulement d’espoir», avoue à swissinfo David Reddy, chef de la section HIV chez Roche. « Ce médicament a vraiment plus que satisfait nos attentes».

Menos incertezas

Lors de la conférence qui s’est tenue mardi à Paris, Roche en a profité pour lever d’autres incertitudes, évoquées voici une année. Plus particulièrement au niveau de la production du Fuzeon.

Compte tenu d’un processus de fabrication extrêmement complexe, beaucoup d’observateurs estimaient que le Fuzeon ne serait disponible qu’en quantité réduite.

Là également le responsable du groupe pharmaceutique affiche un large sourire. «Nous avons réalisé des progrès très importants dans les processus de fabrication qui nous ont permis de dépasser nos objectifs en termes de production», affirme même l’intéressé.

Au départ, Roche et son partenaire américain Trimeris pensaient pouvoir traiter de 12'000 à 15'000 patients d’ici à la fin 2003.

Mais, selon les informations les plus récentes, jusqu’à 18'000 patients pourraient être soignés dès cette année. Avec un potentiel de progression important pour l’année prochaine.

Fortes resistências

Depuis son identification dans les années 80, le virus HIV a évolué. Il a notamment développé une résistance face aux thérapies disponibles à l’heure actuelle. De fait, cela ne laisse plus beaucoup d’autres options aux patients qui sont en traitement.

Pour Robert Gallo, de l’université du Maryland à Baltimore, les atouts du Fuzeon le rendent incontournable. «Empêcher avant tout le virus de pénétrer dans les cellules est la façon la plus intéressante de lutter contre le HIV.»

Le virologue américain, qui à codécouvert le virus HIV il y a 20 ans, a également signifié à swissinfo qu’il était très important pour la recherche d’avoir plusieurs longueurs d’avance sur ce virus en perpétuelle mutation.

«Il y existe un besoin continuel d’avoir d’autres alternatives de traitement que l’on peut sortir de sa manche au fil des évolutions du virus», affirme Robert Gallo.

Encontrar uma solução

Le virus HIV infecte et détruit progressivement les cellules du système immunitaire, baptisées CD4. L’importance de ces cellules sanguines est capitale.

Ce sont elles qui indiquent aux autres cellules chargées de lutter contre les infections le moment auquel elles doivent agir.

Lorsque la proportion de ces cellules CD4 tombe en dessous de 200 ou lorsque, pour cette raison, une personne infectée par le HIV-1 développe le sida ou syndrome (d’) immuno-déficience acquis.

Près de 1000 personnes aux Etats-Unis, en Europe, au Canada et en Australie ont participé aux derniers tests cliniques. Car c’est dans ces régions du monde que l’on trouve le degré d’exposition au virus HIV le plus important.

«Deux ou trois patients avaient développé des maladies liées au sida que l’on ne pouvait pratiquement plus traiter», constate Manuel Battegay, coresponsable des tests et qui dirige la division des maladies infectieuses à l’hôpital de l’Université de Bâle.

«Après avoir commencé à prendre le Fuzeon, le taux de CD4 est remonté et il était possible de soigner les maladies dont ces patients souffraient», poursuit l’intéressé.

D’après Manuel Battegay, le traitement a été efficace dans 50% des cas tandis que 30% des patients ont vu leur bilan de santé s’améliorer de façon marquée.

Les meilleurs résultats ont en outre été obtenus en cas d’utilisation précoce du médicament de Roche et lorsqu’il était utilisé conjointement avec d’autres thérapies.

Estrutura complexa

Il n’empêche qu’en raison de la complexité de sa structure chimique, la production du Fuzeon est très difficile. 106 étapes sont nécessaires à sa fabrication alors que les médicaments traditionnels en nécessitent de 8 à 12.

De plus, pour fabriquer un kilo de Fuzeon, il faut 45 kilos de matière première. Compte tenu de toutes ces difficultés, ce médicament coûte plus de 20'000 dollars par année.

C’est le prix à payer pour pouvoir l’injecter deux fois par jour, en complément d’autres médicaments. Son principal effet secondaire est une irritation de la zone qui entoure l’endroit de l’injection.

swissinfo, Vincent Landon à Paris
(Adaptation: Jean-Didier Revoin)

Fatos

Le Fuzeon est le premier médicament de type inhibiteur de fusion.
Les médicaments actuels travaillent à l’intérieur des cellules humaines.
Le Fuzeon, lui, empêche le virus HIV de rentrer dans les cellules.
En Europe, le coût d’une thérapie est fixé à 20'000 dollars par an.
Ce coût reflète la complexité du processus de fabrication.

Aqui termina o infobox

Breves

- Le virus HIV infecte et détruit progressivement les cellules immunitaires dénomées CD4.

- Ces cellules sont celles qui indiquent aux autres cellules du système immunitaire le moment auquel elles doivent attaquer les intrus.

- Quand le taux de CD4 tombe en dessous de 200, le système immunitaire humain faiblit dangereusement.

- L’organisme du malade n’est plus en mesure de se défendre et il développe des infections diverses ou même le cancer. Il est réputé avoir le sida ou syndrome (d’) immuno-déficience acquis.

Aqui termina o infobox


Links

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form

formulário para solicitar a newsletter

Assine a newsletter da swissinfo.ch e receba diretamente os nossos melhores artigos.

swissinfo.ch

Banner da página Facebook da swissinfo.ch em português

×