A l’épreuve des faits Non, la Suisse n'est pas «la championne des naturalisations»

Jean-Luc Addor, conseiller national UDC. 

Jean-Luc Addor, conseiller national UDC. 

(Keystone)

La Suisse n'est pas «la championne des naturalisations», contrairement aux propos du député UDC Jean-Luc Addor tenus récemment dans l’émission de la RTS «Infrarouge». Les chiffres montrent qu’elle est même plutôt restrictive par rapport au nombre de résidents étrangers. 

«Quand on compare les chiffres entre pays, on est quasiment les champions du monde de la proportion de naturalisations», a récemment déclaré l’UDC (droite conservatrice) Jean-Luc Addor, lors d’un débat de la télévision publique de la Suisse francophone sur la naturalisation facilitée pour les étrangers de troisième génération, soumise à votation le 12 février. 

L'affirmation du député UDC est fausse. Le taux de naturalisations, qui compare le nombre d'acquisitions de nationalité à celui des résidents étrangers permanents (permis B et C), reste même inférieur à la moyenne européenne. 

En Europe, la première place est occupée par la Suède, avec de 6,3% de citoyens étrangers naturalisés en 2014. Elle devance la Hongrie et le Portugal. 

La Suisse, bien plus loin dans le classement, n'a affiché un taux de naturalisations que de 1,7%. A noter que celui-ci est passé en 2015 à 2,1%, mais que les données européennes correspondantes n'ont pas encore été publiées. 

Même si on compare le nombre de naturalisations à celui de la population totale des pays, là encore la Suisse ne peut pas être considérée comme «la championne du monde». Avec cette comparaison, la Confédération remonte toutefois dans le classement en Europe, ce qui s’explique aussi par le fait que sa proportion de résidents étrangers (un peu moins de 24%) est parmi les plus élevée d’Europe.  

Celui-ci est dominé par le Luxembourg, l'Irlande et la Suède, qui ont affiché en 2014 entre 583 et 451 naturalisations pour 100'000 habitants. La Suisse, entre l'Espagne et la Norvège, a pour sa part enregistré 403 naturalisations pour 100'000 habitants. 

394'817 naturalisations en 10 ans 

Pour compléter son propos, Jean-Luc Addor a donné le chiffre de «400'000 naturalisations en 10 ans». Ce chiffre est en revanche correct, d'après les données de l'Office fédéral de la statistique (OFS). 

Entre 2006 et 2015, la Suisse a enregistré 394'817 naturalisations, soit à peine moins que le nombre avancé par le député.

×