Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Atterrissage à Hawaï


Etape historique pour Solar Impulse


Par swissinfo.ch et les agences


André Borschberg (à droite) et Bertrand Piccard célèbrent l'arrivée de Solar Impulse 2 à Hawai.   (Keystone)

André Borschberg (à droite) et Bertrand Piccard célèbrent l'arrivée de Solar Impulse 2 à Hawai.  

(Keystone)

L’avion solaire Solar Impulse 2 a atterri vendredi à Hawaï, après une pause imprévue au Japon en raison des mauvaises conditions météorologiques. Durant cette étape au-dessus du Pacifique, le pilote suisse André Borschberg a pulvérisé le record du monde de vol en solitaire. 

Parmi les obstacles les plus importants du vol, il y avait le passage d’un front froid qui s’étendait approximativement de Taïwan à l’Alaska. Ce front était si dense que Solar Impulse 2 a dû reporter à plusieurs reprises son départ du Japon, où il avait atterri le 1er juin. 

Traversée historique 

Pour couvrir les quelque 8000 kilomètres qui séparent Nagoya, au Japon, de l’île d’Oahu, à Hawaï, André Borschberg a volé durant presque 120 heures. Il s’agit du plus long vol en solitaire. Le précédent record de 76 heures et 45 minutes, établi en 2006 par l’Américain Steve Fosset, a été largement dépassé. 

Seul au milieu de l’océan, le pilote de 62 ans n’aura jamais pu dormir plus de 20 minutes d’affilée. Durant ses brefs moments de repos, il portait des bracelets vibrants connectés au pilote automatique, afin de le réveiller à la moindre alerte. Avant le décollage du Japon, il avait affirmé que cette traversée serait «une occasion extraordinaire pour me découvrir moi-même». 

Prochaine étape: Phoenix 

Depuis Hawaï, l’avion à propulsion solaire d’envolera pour Phoenix, en Arizona. Ce sera cette fois l’autre pilote de la mission, l’aventurier suisse Bertrand Piccard, qui sera aux commandes. 

L’objectif de l’équipe de Solar Impulse 2 est de faire le tour du monde (35'000 km) sans énergie fossile. Parti le 9 mars d’Abou Dhabi, l’avion – sur lequel sont collées 17'000 cellules photovoltaïque – devrait atterrir dans la capitale des Emirats arabes unis en août.



Liens

×