Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Conférence de Marrakech


COP22: la Suisse espère «de nombreux petits pas» pour le climat


 Autre langue: 1  Langues: 1
Des activistes protestent contre les émissions de gaz à effet de serre par l'être humain, lors de la COP22 à Marrakech.  (Keystone)

Des activistes protestent contre les émissions de gaz à effet de serre par l'être humain, lors de la COP22 à Marrakech. 

(Keystone)

Dans son intervention à la conférence des Nations Unies sur le climat à Marrakech, la ministre suisse de l'environnement Doris Leuthard a appelé tous les pays à mettre en œuvre l'accord historique signé il y a un an à Paris. La conseillère fédérale a également appelé l'économie privée à investir davantage dans les technologies propres. 

«Ce premier grand pas en avant doit être suivi de nombreux petits pas.» Par ces mots, la ministre suisse de l’environnement Doris Leuthard a plaidé en faveur d’une mise en œuvre déterminée de l’accord de Paris, lors de la 22e conférence des Nations Unies sur le climat à Marrakech (COP22). 

La responsable suisse a souligné qu’il fallait davantage d’investissements privés pour financer les mesures de politique climatique des pays émergents et en développement. Dans cette optique, elle a incité l’économie privée à investir dans des technologies respectueuses du climat et à renforcer ainsi la compétitivité. 

La ministre suisse a également fait part de son inquiétude au sujet du blocage du processus de négociation par certains pays qui exigent de revenir à la situation antérieure à la conclusion de l’accord de Paris. Elle a invité les parties à négocier en toute bonne foi et avec la volonté de trouver des solutions. 

La Suisse doit encore ratifier l’accord de Paris. Le texte est en consultation jusqu’à la fin du mois de novembre 2016 et sera débattu au Parlement en 2017. 

La Suisse progresse mais pourrait faire mieux 

Dans le classement qui évalue l’implication des différents pays en matière de réduction du CO2, la Suisse se situe au 14e rang, soit un de mieux que l’année précédente, lit-on dans le récent rapport annuel des ONG Climate Action Network et Germanwatch. 

Le score le plus élevé a été attribué à la France, la Suède et la Grande-Bretagne. Parmi les autres pays européens, l’Italie se classe 16e et l’Allemagne 29e. Et parmi les derniers du classement, on trouve la Chine, les Etats-Unis, le Japon et l’Arabie saoudite. 

Comme en 2015, les trois premières places n’ont pas été attribuées, car aucun des 58 pays passés en revue n’a obtenu les résultats nécessaires pour lutter de manière efficace contre les changements climatiques et pour contribuer à maintenir le réchauffement global sous le seuil critique des 2 degrés C, précisent les ONG. 

Dans un communiqué, le WWF écrit que la Suisse a «encore fort à faire». Selon l’organisation écologiste, ce sont les émissions générées par le trafic, en particulier aérien, qui pèsent sur le résultat de la Suisse. La Suisse aurait pu mieux se classer en mettant plus l’accent sur les énergies renouvelables, note le WWF. 

swissinfo.ch avec les agences

×