Navigation

Sauter la navigation

Sous sites

Fonctionnalités principales

Industrie automobile Opel, l’ancienne marque préférée des Suisses, passe en mains françaises

Le montage d'une Opel sur les chaînes de production de Bienne.

Le montage d'une Opel sur les chaînes de production de Bienne.

(RDB)

Le groupe automobile français Peugeot-Citroën PSA a annoncé quelques jours avant l’ouverture du Salon de Genève le rachat de la marque Opel à General Motors. Cette nouvelle pourrait bien faire souffler un petit vent de nostalgie chez les Suisses d’âge mur. Jusqu’à l’aube du 21e siècle en effet, la marque à l’éclair était la préférée des Suisses. Un modèle avait même été fabriqué dans le canton de Berne.

Le rachat d’Opel – et de sa déclinaison britannique Vauxhall – a été présenté comme une situation gagnant-gagnant. Avec cette acquisition, le groupe français pourra devenir le deuxième groupe européen, derrière l’allemand Volkswagen. Le vendeur, l’américain General Motors, pourra pour sa part poursuivre son recentrage hors d’Europe, après avoir déjà renoncé à y commercialiser la marque Chevrolet.

Le patron de PSA Carlos Tavares a déclaré que son groupe ambitionnait de devenir un «champion européen». Mais reste à voir si cette montée en puissance peut être rentable. Le groupe PSA a retrouvé les chiffres noirs après avoir frôlé la faillite il y a trois ans seulement. Quant à la marque Opel, elle est déficitaire depuis 16 ans.

Ensemble, PSA et Opel représenteront 16% du parc automobile européen. Mais le groupe évolue dans le segment difficile des marques «généralistes», coincé entre les segments beaucoup plus porteurs du «low-cost» (par exemple Dacia) et du «premium» (Audi, BMW, Mercedes, Jaguar etc.).

Outre la taille, ce rapprochement permettra aussi au groupe PSA de mettre la main sur des technologies de propulsion électrique, dans lesquelles Opel a beaucoup progressé et qui représentent un créneau d’avenir.

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rachat confirmé

La marque du «Suisse moyen»

Le destin d’Opel devrait réveiller quelques souvenirs chez bon nombre de Suisses, en tout cas parmi les plus de quarante ans. En effet, pendant des années, Opel a été la marque la plus appréciée en Suisse. Achetée tant par les particuliers que par les organismes étatiques, comme la Poste, la police ou l’armée, elle était incontournable sur les routes helvétiques et faisait figure de voiture du «Suisse moyen».

Pour Opel, le record des ventes en Suisse avait été atteint en 1990 avec 45'000 voitures vendues, soit 10'000 de plus que VW. Cette popularité s’est encore maintenue une dizaine d’années, avant que la marque à l’éclair ne soit supplantée par d’autres marques allemandes.

Depuis le début des années 2000, les marques les plus vendues en Suisse restent allemandes, mais sont surtout issues du groupe Volkswagen (entre autres VW, Audi, Seat et Skoda). L’an dernier, le classement des dix marques les plus vendues en Suisse se présentait de la manière suivante.

Les dix marques les plus vendues

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Données pour 2016


Histoire d’Opel

Opel est une entreprise allemande fondée en 1862. Elle fabriquait d’abord des machines à coudre.

L’entreprise se diversifie dans la mobilité avec la fabrication de vélos (1886), d’automobiles (1899) et de motos (1901).

Touchée de plein fouet pas la Grande Dépression, Opel passe dans le giron de l’américain General Motors en 1929.

Le 6 mars 2017, le groupe français PSA annonce le rachat d’Opel à GM pour un montant de 1,3 milliard d’euros.

Une usine à Bienne

Fait moins connu, certaines Opel ont été fabriquées en Suisse. Le groupe General Motors a en effet établi une usine à Bienne, dans le canton de Berne, en 1935, et y a assemblé des véhicules jusqu’en 1975.

Au total, 329'864 voitures sont sorties des chaînes de montage entre 1936 et 1975. Le pic de production avait été atteint en 1969, avec 18'265 unités montées.

De nos jours, la fabrication de voitures en Suisse est un lointain souvenir. Cependant, l’industrie suisse fabrique encore des pièces pour différents constructeurs, ce qui génère environ 25'000 emplois auprès de 320 sous-traitants.

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.


Liens

×