Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Islamisme radical


Perquisition dans une mosquée contestée de Winterthour


La très médiatique mosquée An'Nur de Winterthour fermera probablement ses portes à la fin de l'année.  (Keystone)

La très médiatique mosquée An'Nur de Winterthour fermera probablement ses portes à la fin de l'année. 

(Keystone)

La police cantonale zurichoise a perquisitionné mercredi dans la mosquée An'Nur de Winterthour et au domicile de trois fidèles du lieu de culte. La mosquée An'Nur (lumière en arabe) a fait à plusieurs reprises la «Une» des médias. Plusieurs jeunes qui l'auraient fréquentée seraient partis rejoindre l'Etat islamique en Syrie.

Le Ministère public a lancé des procédures pénales contre quatre personnes pour provocation au crime ou à la violence. Sur la base d'indices concrets, le procureur de Winterthour a ouvert une enquête pénale contre les quatre intéressés, écrit mercredi le Ministère public du canton de Zurich.

Lors de son prêche du 21 octobre dernier, un imam éthiopien a appelé au meurtre des musulmans qui ne participent pas à la prière commune dans la mosquée. Les fidèles présents ont également été encouragés à dénoncer ceux qui manquent d'assiduité. Le rôle des trois autres accusés n'est pour l'heure pas clair et fait l'objet d'une enquête.

Dans le cadre de ces poursuites, la police cantonale zurichoise a perquisitionné mercredi matin la mosquée An'Nur ainsi que les domiciles des trois fidèles sous enquête. Les trois accusés ainsi que le présumé imam éthiopien sont en cours d'interrogatoire, indique le Ministère public.

Par ailleurs, la police a contrôlé dans la mosquée quatre personnes suspectées d'infraction à la loi sur les étrangers. Les propriétaires du local ne veulent pas prolonger le contrat avec ce lieu de culte controversé. La mosquée An'Nur de Winterthour devra vraisemblablement fermer ses portes à la fin de l'année.

swissinfo.ch/sj avec l'ATS et la RTS (Téléjournal du 02.11.2016)

×