Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La mafia russe, entre la Suisse et la Haute-Savoie

Que ce soit en France ou en Suisse, les mafieux russes semblent aimer les rivages paisibles du Léman.

(Keystone Archive)

Deux des Russes impliqués dans des affaires de blanchiment travaillent en Suisse, mais vivent en France voisine.

En début de semaine, Italiens, Français, Suisses, Allemands et Monégasques ont lancé un vaste coup de filet baptisé «toile d'araignée», afin de démanteler un réseau de blanchiment d'argent depuis la Russie.

Parmi les sociétés mises en cause en Suisse, Olympia Investments and Management et V & I Financial, créées respectivement en 1995 et en 1993 à Genève par Igor K., aujourd'hui âgé de 35 ans. Ce brillant homme d'affaires est dans le collimateur des services français depuis 1995.

Les raisons? Les Russes continuent de créer des sociétés financières et d'import-export en Suisse, mais ils habitent dorénavant en France voisine, de préférence sur les bords du lac Leman, dans le département de la Haute-Savoie. Résultat, ils intéressent à la fois les polices suisses et françaises.

Russe devenu grec

«La Tela di ragno», la toile d'araignée tendue par les Italiens, pointe du doigt les trois responsables d'Olympia: Igor K, domicilié à Excenevex, un petit village paisible de Haute-Savoie, et ses deux associés, Nikolaï M, habitant à Saint-Gall, et Vladimir R, logé à Douvaine, une autre bourgade de Haute-Savoie.

Igor et Vladimir ont la particularité d'avoir changé de nationalité. Le premier «est maintenant originaire de Grèce», comme le souligne un document du Registre du commerce de Genève du 29 janvier 1999, et Vladimir «maintenant originaire d'Israël».

«Beaucoup de Russes ont pris la nationalité grecque ces dernières années, constate un responsable de la Police judiciaire (PJ) d'Annecy. S'agit-il de vrais faux passeports? Ils sont en situation régulière en France et vivent discrètement.»

Crocodile en bronze

Pourquoi s'installer en France? D'abord pour devenir propriétaire. Ensuite, les prix sont nettement moins élevés qu'en Suisse. Le rapport sur «la criminalité organisée en provenance des pays de l'Est», rédigé en mars 1996 par les Renseignements généraux français, note qu'Igor K. a créé en août 1994 une société civile immobilière, dénommée «Les Cygnes» au capital de 2,3 millions de francs.

C'est suffisant pour acquérir la villa «Les Houches» à Excenevex. Une superbe demeure avec piscine, tennis et port privé. Igor K., officiellement spécialisé dans la vente de cigarettes dans la région de Moscou, se rend en yacht à son bureau à Genève.

«Les Russes n'arrêtent jamais d'effectuer des travaux d'aménagement, racontent les voisins. Rien n'est trop beau pour eux: colonnades aux balcons, terrasses de pierres venues de pays lointains et même un crocodile en bronze devant la piscine.»

Pas d'inculpation en Suisse

Ils ont appris qu'Igor accueillait des dizaines d'amis ce dimanche. Son immense villa n'étant pas assez spacieuse pour les loger tous, l'homme d'affaires greco-russe a réquisitionné les chambres de l'hôtel d'Excenevex.

Mis en cause par la justice italienne, Igor et ses deux amis n'ont pas été inculpés en Suisse. Quant à la police de Haute-Savoie, elle n'a «même pas été informée de l'opération toile d'araignée». La coopération policière européenne a encore des ratés...

Pas moins d'une quarantaine de Russes cossus se sont installés sur les bords du Léman, entre Annemasse et Evian, achetant avec des valises de billets les demeures les plus prestigieuses, et notamment le château d'Anthy-sur-Léman. «Tous ces nouveaux riches sont commerçants. J'ignorais que l'on pouvait devenir millionnaire en vendant de l'huile en Russie», sourit un policier savoyard.

Swissinfo/Ian Hamel à Excenevex

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Les musées suisses exposent peu d’artistes femmes

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.