Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

MYTHOLOGIE La chasse oubliée des loups-garous en Suisse

Représentation d'un homme, qui, transformé en loup, aurait tué 16 enfants à Genève.

(Zentralbibliothek Zürich)

Si la lumière a été faite sur la chasse aux sorcières qui se pratiquait jadis dans nos contrées, celle aux loups-garous a été oubliée. Jusqu’au 18e siècle, des femmes et des hommes étaient accusés de se transformer en loups la nuit venue. Leurs procès, une spécialité des régions alpines, sont toutefois peu connus. 

Au Moyen Âge, la Suisse romande est devenue l’une des premières régions à faire la chasse aux sorcières. Elle avait accumulé quelques connaissances dans le cadre des procès contre les hérétiques, qui étaient également utilisées contre d’autres êtres ayant pactisé avec le diable.

A partir de 1430, des femmes comme des hommes furent traînés devant la justice en Valais, à Fribourg, dans l’Arc lémanique ou encore à Bâle. Ils étaient accusés d’avoir fait appel à des forces diaboliques pour nuire à la communauté chrétienne. Une figure qui allait semer le trouble parmi les théologiens et les démonologues s’était faufilée dans les protocoles établis à l’époque par les inquisiteurs: le loup-garou.

Un loup-garou comme monture

Soudain, ce démon a commencé à faire son apparition dans de nombreux procès de sorcellerie, en tant que monture pour les sorcières. Ainsi, en 1433, une femme fut exécutée à Bâle, dénoncée par son voisin: elle aurait passé devant lui rapidement en chevauchant l’animal, alors qu’il était caché dans les buissons.

L’image qu’on se faisait jadis d’une sorcière était différente de celle d’aujourd’hui: elle ne voyageait pas encore sur un balai, cet attribut de la femme de ménage, mais sur des tabourets à traire ou à dos de divers animaux sauvages. L'équitation sur les loups était cependant une spécialité alpine, comme en témoignent les sources compilées par le journaliste et spécialiste du loup-garou Elmar Lorey, décédé cette année.

(Der Wolfritt (Aus Urlich Molitors "De laniis et phitonicis mulieribus", Strassburg 1489))

A la même période, les sorcières et les sorciers commencèrent à être accusés de ne pas seulement monter des loups mais aussi d’en prendre la forme pour tuer le bétail de leurs voisins ou causer d’autres dommages. Les immigrés, les pauvres ou les personnes vivant en marge de la société étaient souvent la cible de telles accusations. La société leur montrait en quelque sorte ses limites en faisant couler le sang ou jaillir les flammes. 

En Valais régnait à l’époque des conditions proches de la guerre civile. On accusait ses adversaires indésirables d’être des loups-garous afin de s’en débarrasser. Entre 1428 et 1431, près de deux cents personnes furent ainsi exécutées à Sion. Leurs opposants les avaient accusés de faire partie d'une secte diabolique qui envisageait d'établir son propre royaume. Ils étaient notamment accusés de se transformer en loups sauvages, rapportait le chroniqueur Johannes Fründ. «L'esprit maléfique» lui-même aurait appris à des femmes et des hommes à se transformer en loups, puis à redevenir des êtres humains.

Fasnacht im Wallis mit Gruselmasken

Pendant le Carnaval, les villages du Lötschental sont envahis par les «Tschäggätta», des personnages effrayants couverts de fourrure et portant des masques grimaçants.

(Dominic Steinmann / Keystone)

La superstition gagne du terrain

(Der Wolf als Vertriebener. (Aus: Friedrich von Tschudi, Tierleben der Alpenwelt, 1860))

L'idée que l'homme peut se transformer en loup existait déjà dans l'antiquité. Mais dans la mythologie de l'époque, l'homme loup est sur un pied d'égalité avec ses semblables qui sont devenus des cochons, des oiseaux ou des taureaux.

Le loup de la superstition, qui s’est glissé dans les récits des dénonciateurs et les confessions des accusés des procès de sorcellerie de la fin du Moyen Âge, est un loup populaire, issu de la rudesse du monde rural, un animal complètement inutile et nuisible aux yeux des agriculteurs.

La superstition s'est répandue. Un seul poil de loup faisait entrer dans les foyers d’insolvables querelles, et sa chair était considérée comme empoisonnée. Dans le Valais sauvage du début du XVe siècle, des bandes de jeunes hommes terrorisèrent la population sous des masques d'animaux. Ce n'est pas par hasard s’ils se firent appeler les loups-garous, le loup étant considéré comme un animal terrifiant.

La transformation des êtres vivants débattue

Même si la Bible considère le loup comme un animal mauvais, le mot loup-garou manquait dans le latin de l'église. Il ne fallait pas de mot pour quelque chose qui n’avait pas le droit d’exister; la création et la transformation des êtres vivants était réservée à Dieu seul.

Les premiers rapports sur les loups-garous en Suisse romande ont été discutés en détail par les évêques réunis à un concile de l'Église, qui s'est tenu à Bâle en 1431. On débattait d’une question qui intéressait beaucoup: la personne qui se transforme en loup a-t-elle été trompée par le diable ou s’est-elle transformée volontairement en loup sous l’emprise de Satan?

Certains théologiens étaient d’avis qu’une telle transformation était tout à fait possible: les sorciers sont capables de former un nouveau corps. Comme ils le font consciemment, ils peuvent être déclarés coupables. 

Cependant, au cours du 15e siècle, on trouva une voie médiane: aucun être humain ne pouvait se transformer en loup, mais il pouvait faire un pacte avec le diable pour prendre l’apparence d’un loup. C’est ainsi que la prétendue transformation en loup-garou au travers d’une alliance avec le diable devint sorcellerie.

Les procès en Suisse

Le «Malleus Maleficarum» de 1486, le manuel européen central de lutte contre la sorcellerie, a popularisé cette théorie dans toute l'Europe. A partir du 16e siècle, les procès des loups-garous se multiplièrent en Suisse. En 1580, par exemple, un homme a été exécuté à Genève pour s’être transformé en loup grâce à la «magie noire» et avoir ensuite tué 16 enfants. A Lucerne, en 1664, un paysan avoue avoir tourné trois fois une petite branche dans un pot de pommade magique pour devenir un loup et tuer les moutons de son voisin.

Des astuces pour reconnaître un loup-garou circulaient. Une personne qui présente des sourcils qui se rejoignent sur le front, par exemple, pourrait bien se transformer en loup la nuit. Un loup sans queue pourrait lui ne pas être un simple animal.

Peter Stubbe a été accusé d'avoir tué 13 personnes en tant que loup-garou. Il fut torturé, condamné et exécuté près de Cologne en 1589.

(Akg-images / British Library)

L'inclusion de la transformation en loup-garou dans le catalogue de questions de l’inquisition en a fait l'un des nombreux actes honteux de sorcellerie. Il a toutefois été un peu oublié parmi d’autres accusations du même type, comme celle d’être un sorcier capable de manipuler le temps. Dans ce cas, ce ne sont pas seulement quelques moutons mais des régions entières qui ont été considérées comme des victimes.

Christina Jungtso, une servante de Sion, a été l’un des derniers loups-garous exécutés. Cependant, la folie des sorcières en Suisse ne pris fin que cent ans plus tard.


(Adaptation de l'allemand: Katy Romy)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.