Bons offices La Suisse coordonnera les pourparlers de paix au Mozambique

Plus de deux ans après les élections, le Mozambique est toujours en proie à une crise politique et militaire entre le gouvernement et l’opposition. Une guerre silencieuse qui a poussé des milliers de personnes à chercher refuge dans les pays voisins. Dans le cadre de sa politique des bons offices, la Suisse a accepté de présider un groupe de contact chargé d’accompagner les négociations de paix. 

Le mouvement Renamo, dans l'opposition depuis l'époque de la guerre civile, n'a jamais reconnu le résultat de l'élection présidentielle de 2014, qui a vu l'accession au pouvoir de Filipe Jacinto Nyusi.

Le mouvement Renamo, dans l'opposition depuis l'époque de la guerre civile, n'a jamais reconnu le résultat de l'élection présidentielle de 2014, qui a vu l'accession au pouvoir de Filipe Jacinto Nyusi.

(Keystone)

Le groupe de contact qui sera amené à coordonner le dialogue entre le parti au pouvoir – le Front de libération du Mozambique (Frelimo) – et le mouvement d’opposition Résistance nationale mozambicaine (Renamo) sera composé de représentants du Botswana, de Chine, des Etats-Unis, de Norvège, du Royaume-Uni et de l’Union européenne. La médiation sera conduite par l’ambassade de Suisse au Mozambique, a annoncé mercrediLien externe le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

De 1976 à 1992, le Mozambique a été plongé dans une guerre civile opposant le Frelimo et le Renamo, causant la mort de près d'un million de personnes. L’accord de paix a été menacé à maintes reprises, mais la situation s’est empirée en 2014 après que le leader de l’opposition Afondo Dhakama a refusé de reconnaître la victoire du président Filipe Jacinto Nyusi. Depuis, le pays est en proie à une crise politique et militaire: 15'000 personnes ont été contraintes d’abandonner leur maison et 8600 ont cherché refuge dans les pays voisins, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Un premier cycle de négociations a été lancé en octobre 2016 mais il a échoué en raison de l’assassinat d’un représentant de l’opposition. Les parties au conflit ont accepté de revenir à la table des négociations au début de l’année, après avoir signé une trêve de deux mois.

Les relations entre la Suisse et le Mozambique s’appuient sur une coopération étroite depuis 40 ans, notamment à travers la promotion de la santé, du développement économique et de la gouvernance. La Suisse a ainsi acquis une reconnaissance importante au sein du gouvernement et de la société mozambicaine, selon le DFAE. 


swissinfo.ch/sj

×