Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Sondage


L’e-voting plébiscité, malgré des soucis quant à la sécurité


 Autre langue: 1  Langues: 1

Plus de deux Suisses sur trois sont favorables à la généralisation du vote électronique, comme le montre un sondage. Les moins de 30 ans y voient même une quasi nécessité. Il y a toutefois aussi des réticences, liées surtout à la sécurité.

Ce premier sondage entièrement dédié à l’e-voting est publié ce lundi 19 septembre par le Centre d'études sur la démocratie d’Aarau, institut de recherche conjoint de l’Université de Zurich et de la Haute Ecole spécialisée du nord-ouest de la Suisse. Mené au mois d’avril, il a porté sur 1523 personnes formant un échantillon représentatif des citoyens suisses.

Résultat principal: plus de deux tiers de l’électorat est favorable à l’introduction du vote électronique, sans distinction d’âge, de sexe, de langue ni d’appartenance politique. Ce soutien diminue certes avec l’âge, mais même chez les plus de 70 ans, il reste proche de 50%.

La demande de pouvoir voter par internet est encore plus marquée dans les couches qui jouissent d’un niveau d’éducation supérieur et dans les zones urbaines, ainsi que dans certaines régions des Alpes, notamment dans le canton des Grisons.

82% des sondés considèrent que le vote électronique depuis la maison est plus confortable que le vote postal. L’argument qui recueille ensuite le plus de suffrages est celui de l’esprit du temps: pour deux tiers des personnes sondées, étant donné que tout ou presque se fait désormais sur internet, le moment est aussi venu d’introduire le vote électronique. Cet argument est surtout avancé par les jeunes.

Des doutes sur la sécurité

Mais les sondés ont aussi exprimé des doutes: 61% sont d’avis qu’un vote via internet est plus simple à manipuler qu'un vote postal, et 57% craignent que des services secrets étrangers puissent violer le secret du vote.

Ainsi, c’est le vote personnel à l’urne qui jouit de la plus grande confiance de l’électorat: 8,5 sur une échelle de 0 à 10. La confiance dans le vote par correspondance, désormais généralisé, est presque aussi grande (8,2). En revanche, l’indice de confiance dans le vote électronique est nettement plus bas (6,6).

Introduction pas à pas

En Suisse, l’e-voting a fait sa (timide) apparition en 2003, dans plusieurs cantons, qui offrent cette possibilité en priorité à leurs citoyens résidant à l’étranger.

Toutefois, les essais ont connu un sérieux coup de frein juste avant les législatives d’octobre 2015, quand les autorités ont recalé neuf cantons pour cause de lacunes de sécurité possibles dans leurs systèmes électroniques. Actuellement, il n’y a plus que six cantons sur 26 qui offrent cette possibilité et lors des dernières votations au mois de juin, les personnes ayant accès à l’e-voting étaient à peine 152'000 sur 5,2 millions de citoyens suisses.

swissinfo.ch avec les agences

×