Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Réchauffement climatique


La Suisse veut réduire ses émissions de 50% d'ici 2030


 Autre langue: 1  Langues: 1

La ministre de l'environnement Doris Leuthard a annoncé vendredi les objectifs de la Suisse en matière de protection du climat. D'ici 2030, le pays veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 50% par rapport à 1990.

En décembre 2015, un nouvel accord climatique international doit être conclu lors de la Conférence de Paris. D’ici là, tous les Etats membres de la Convention de l'ONU sur les changements climatiques devront avoir annoncé leur engagement pour l'après 2020.

Ceux de la Suisse, que la ministre qualifie d’«ambitieux, mais réalistes» avaient été approuvés par le gouvernement en novembre dernier déjà.

La Suisse est responsable de 0,1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Du fait de la structure de son économie, elle a un niveau d’émission bas, soit 6,4 tonnes par an par habitant. C’est pourquoi le gouvernement a fixé à 30% au moins la part de réduction qui devra intervenir sur territoire helvétique. Le reste pourra être réalisé par le biais de projets à l’étranger.

«Des entreprises helvétiques polluent dans d'autres pays et la Suisse importe des produits qui ont été fabriqués à l'étranger et qui ont émis des CO2 dans ces pays-là», a rappelé Doris Leuthard.

Cette solution permet aussi de répartir les mesures nationales sur une période plus longue et de tenir compte des capacités de l’économie.

Renforcer ce qui existe déjà

Grâce aux mesures prises jusqu'ici, la Suisse émet déjà aujourd’hui moins de gaz à effet de serre qu’en 1990. Sa loi sur le CO2 prescrit une baisse des émissions de 20% jusqu’en 2020 par le biais de mesures nationales.

Cette loi sera encore modifiée. Le projet est attendu en consultation pour la mi-2016. Pour le reste, l’essentiel des propositions présentées par Doris Leuthard vise le renforcement des mesures existantes.

Plusieurs instruments seront mis à contribution: taxe sur le CO2, baisse des émissions des voitures neuves, obligation pour les importateurs de carburants de compenser une partie du CO2 émis par les transports, programmes d’isolation des bâtiments en vue d’optimiser l’efficacité énergétique.

Avec cet objectif de -50%, la Suisse s'inscrit dans la fourchette définie par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui va de 40 à 70%.

«Complètement insuffisant»

Première réaction à cette annonce: celle de l’Alliance climatique. Pour ce groupement d’une cinquantaine d’organisations écologistes et de coopération au développement, les propositions de la Suisses sont «complètement insuffisantes».

«C’est aux pays nantis de faire plus, alors que les personnes qui souffrent du changement climatique se trouvent aujourd’hui dans les pays en développement», écrit l’organisation

En outre, elle a calculé que l’objectif de 30% au moins à l’intérieur du pays jusqu’en 2030 «signifie qu’à partir de 2020 la Suisse ne va réduire ses émissions que de 1% par an», alors que 3% au moins seraient nécessaires.

«Ainsi la Suisse freine ses efforts de protection du climat et elle se fait aussi clairement dépasser par l’UE ou même par les Etats-Unis, qui prévoient une diminution de 2% par an», constate Patrick Hofstetter, coordinateur de l’Alliance climatique et expert climatique du WWF Suisse.

Pour le parti écologiste également, la Suisse doit montrer l'exemple. Les Verts demandent que le pays diminue d’au moins 75% ses émissions d’ici 2030. L’économie profiterait ainsi d’objectifs climatiques ambitieux. Car la protection du climat est génératrice d'emplois et permet de renforcer l'économie locale, plaident les Verts. 

swissinfo.ch avec les agences

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×