Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Réputation douteuse


Le billet de 1000 francs reste indétrônable




En Suisse, la plupart des simples quidams n’ont jamais eu la chance de tenir en mains un billet de 1000 francs. Il y en aurait pourtant plus de 45 millions en circulation. Ce qui représente près de 60% du montant total de l'argent liquide mis sur le marché par la Banque nationale. 

Mais les grosses coupures ont de plus en plus mauvaise presse. Elles sont en effet bien utiles pour blanchir de l’argent ou frauder le fisc. L’agence européenne de police (Europol), les ministres des finances de l’UE et désormais la Banque centrale européenne veulent retirer de la circulation les billets de 500 euros, considérés comme la «monnaie de choix» des criminels.

En 2014, Singapour a cessé la production des billets de 10'000 dollars – ils détenaient jusqu'alors la palme de la coupure possédant la plus haute valeur dans le monde – tout en déclarant que ceux-ci pourraient continuer à être échangés. 

La Suisse n’a pas l’intention de suivre cet exemple. «Le billet de 1000 CHF reste un outil utile pour les opérations de paiement ainsi que pour stocker de la valeur», affirme Walter Meier, porte-parole de la Banque nationale suisse (BNS), à swissinfo.ch.

Les Suisses aiment en effet plus que d’autres utiliser de l’argent liquide. Sous la pression internationale, le Parlement suisse a toutefois été contraint d'adopter fin 2014 de nouvelles règles contre le blanchiment d’argent, qui prévoient un contrôle accru sur tous les achats en espèces dépassant 100'000 francs. 


(Traduction de l'anglais: Samuel Jaberg), swissinfo.ch

×