Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Terre promise Au Bhoutan, quand le bonheur est transformé en argent

La fascination du photographe suisse Adrien Golinelli pour le Bhoutan a débuté très tôt. Elle est sans aucun doute liée au fait qu’il est né et a grandi près de la nature et des montagnes.

«Le Bhoutan est pour moi comme une sorte de Suisse en Asie, mais sans les côtés destructeurs de la modernité. Une sorte de paradis perdu, où les gens vivraient en parfaite harmonie».

«J’ai finalement visité le Bhoutan en 2012, et bien que j’en avais acquis une vision plus réaliste dans l’intervalle, mon premier voyage fut un choc énorme, car la réalité y est vraiment toute autre. Curieusement, presque tout le monde, y compris les personnes qui écrivent à propos du Bhoutan dans les médias, ont gardé cette image idéaliste – celle-là même que j’avais lorsque j’étais enfant».

Le Bhoutan fait environ la même taille que la Suisse. Les deux pays sont entourés de voisins plus grands et plus puissants. Ils ont créé une identité qui doit beaucoup à leur paysage montagneux et à la fierté de n’avoir jamais été colonisés.

La relation particulière entre la Suisse et le Bhoutan remonte à des contacts personnels entre le roi et un industriel suisse dans les années 1950. La famille Schulthess-Rechberg a été la première à s’engager dans des projets d’aide au développement financés sur une base entièrement privée au Bhoutan.

Dans les années 1970, ces projets ont été repris par Helvetas ainsi que d’autres ONG suisses. Ils concernaient l’agriculture, la sylviculture, l’élevage laitier, la formation des enseignants ou encore la construction de ponts suspendus.

A l’heure actuelle, la Suisse soutient la toujours jeune démocratie du Bhoutan, principalement dans le domaine des institutions et de la bonne gouvernance.

Reste que le Bhoutan de nos rêves n’existe pas et demeure une terre promise inaccessible. Il ressemble davantage à un gigantesque chantier qu’à un pays. Autrefois pays le plus pauvre de l’Asie, il a caché sa misère en introduisant le concept de Bonheur National Brut pour remplacer son quasi inexistant Produit National Brut.

Adrien Golinelli a étudié la littérature à l’Université de Genève. Passionné de géopolitique, il a voyagé dans plus de 40 pays. Il a reçu le prix des Jeunes talents Paris photo pour sa série «Behind the scenes» réalisée en Corée du Nord. Les photos d’Adrien Golinelli sont exposées à la galerie FocaleLien externe de Nyon du 10 août au 21 septembre 2014.

(Photos et légendes: Adrien Golinelli)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.