Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Tourisme


«On nous a demandé si nous étions devenus fous»


Par Luigi Jorio, de retour de Yangon


Lucie et Felix Epissier devant leur restaurant (swissinfo.ch)

Lucie et Felix Epissier devant leur restaurant

(swissinfo.ch)

Mais que vous prend-il de renoncer au succès que vous avez en Suisse pour vous établir en Birmanie? Lucie et Felix Epissier n'ont pas écouté l'avis de leur entourage. Ils ont préféré suivre leur instinct. A juste titre puisque leur restaurant de luxe est le meilleur de Yangon.

Le Planteur se fait remarquer par les voitures d'époque parquées devant le restaurant et pour l'extrême amabilité de ses propriétaires. Lucie et Felix Epissier, amoureux de l'Asie et de sa population, ont trouvé leur coin de paradis à Yangon (Rangoon), l’ancienne capitale de la Birmanie.

«Le Myanmar a gardé un authentique caractère asiatique, les traditions et la spiritualité qui se sont un peu perdues dans d'autres pays de la région», explique Lucie, enthousiaste. «Ici, impossible de s'ennuyer», renchérit Felix, son mari.

Vous êtes devenus fous?

Le couple suisse peut se targuer d'une longue expérience dans le domaine de la restauration haut de gamme.

Dans le canton de Zurich, les époux Epissier ont d'abord géré un établissement historique, le Bären de Nürensdorf, avant de reprendre le célèbre restaurant Rigiblick qui a reçu une étoile Michelin. Les menus gastronomiques de Felix Epissier ont même été proposés par la compagnie aérienne Swiss à ses passagers de la première et de la business class.

Le succès culinaire et financier n'a pas empêché les Epissier de tout quitter pour vivre leur rêve asiatique. «Nous sommes très liés à ce continent, explique Lucie. Nous avons passé plusieurs années en Inde, en Indonésie et au Vietnam où nous avons soutenu un projet en faveur des enfants abandonnés.»

Lorsque l'occasion s'est présentée de reprendre un restaurant en Birmanie, les Epissier n'ont pas hésité un seul instant. «Durant un voyage d'agrément, se souvient Lucie, nous avons rencontré par hasard le propriétaire du Planteur. Il s'agissait d'un Valaisan qui souhaitait rentrer en Suisse. Il nous a proposé de lui succéder aux commandes de l'établissement qui, à l'époque déjà, jouissait d'une excellente réputation.»

«En Suisse, raconte la restauratrice argovienne, les gens ont été stupéfaits: ils nous ont demandé si nous étions devenus fous. Personne ne comprenait notre choix, aussi en raison du fait que nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure avant les élections birmanes de 2010, lorsque les militaires siégeaient encore au gouvernement.»

Anniversaire avec Aung San Suu Kyi

Au début de 2011, le couple a donc loué le restaurant et tout ce qui allait avec: le personnel, le chien, les poules et les autos d'époque. «Nous les utilisons pour aller chercher nos clients», explique encore Lucie Epissier.

Le choix des deux expatriés s'est révélé payant. Situé dans une vaste propriété coloniale des années 1920 au centre de Yangon, le restaurant est considéré comme l'un des meilleurs de la ville. Les réservations foisonnent, à tel point que durant la saison haute, le nombre de cuisiniers, jardiniers et autres employés grimpe de 35 à 50. 

Les clients qui peuvent se permettre des plats à 50 dollars et plus ne sont pas seulement des fonctionnaires du gouvernement, des diplomates ou des hommes d'affaires: «Nous avons aussi reçu des cheiks arabes, la princesse du Kazakhistan et, l'année dernière, la dissidente Aung San Suu Kyi (aujourd'hui leader de l'opposition birmane) a fêté son anniversaire chez nous», raconte la patronne du Planteur.

Chocolat «suisse» de Bangkok

Mais tout n'a pas été facile. Ainsi l'équipe a eu besoin d'une longue formation continue. «Quelques-uns de nos collaborateurs n'avaient aucune expérience. Nous avons dû leur expliquer ce qu'est une carotte ou une pomme de terre», se souvient Felix.

Aujourd'hui encore le chef grison passe une grande partie de son temps à contrôler le travail aux fourneaux: «Il faut de la patience, mais ça va bien ainsi.»

Pour ce qui est des ingrédients et des vins, les Epissier peuvent compter sur quelques contacts qui assurent les importations depuis l'Europe. «Nous connaissons un excellent chocolatier, pas en Suisse mais à Bangkok», nous dit Lucie.

Pour le reste, les marchés de la ville font l'affaire: «Il faut savoir s'adapter et se contenter de ce que l'on trouve sur les stands. Parfois des produits aussi simples que l'ananas par exemple sont introuvables», ajoute Lucie.

Différents des autres

Malgré le rythme de travail, 7 jours sur 7, et les difficultés logistiques – «parfois l'électricité tient pendant toute une semaine, d'autres fois nous avons des coupures de courant jusqu'à dix fois par jour» – les Epissier n'ont pas l'intention de renoncer.

Grâce à la récente ouverture du pays, toujours plus de touristes et d'hommes d'affaires atterrissent à Yangon: «De nombreux entrepreneurs, constate encore Lucie, emmènent leurs managers et leurs collaborateurs avec eux, aussi en raison du fait que le Myanmar manque de travailleurs qualifiés. Les travaux les plus simples et les plus mal payés sont pour les gens du lieu.»

Au Planteur en revanche, tout le personnel – à l'exception d'un cuisinier philippin – est de nationalité birmane et les conditions de travail sont meilleures que la norme. «Deux jours de repos par semaine et de quatre à six semaines de vacances par année contre les 8 à 10 jours accordés normalement. Nous prenons aussi en charge les frais médicaux de base, le transport au domicile et nous offrons trois repas par jour à nos employés», précise Lucie.

«Nous souhaitons partager nos connaissances et contribuer à un essor positif du secteur gastronomique», souligne-t-elle.

Un mémorable vendredi 13

La vie au Myanmar n'est pas seulement faite de travail. «Nous avons le temps de rencontrer nos amis et, au restaurant, nous avons d'intéressantes discussions avec les clients. Ce n'était pas le cas à Zurich où tout le monde était pressé et plus introverti», affirme Lucie.

«Il se passe toujours quelque chose ajoute-t-elle. Il y a quelque temps, un ouvrier est monté sur le toit, car nous pensions que des écureuils s'étaient enfilés sous les tuiles. Il a découvert une civette. L'homme a eu peur et est tombé, défonçant le toit. Par chance, il a atterri sur un lit. La civette en revanche a eu une vilaine fin...»

Cette nuit-là, les Epissier ont dû dormir à l'hôtel. «La date m'est restée, c'était un vendredi 13.» Lucie ne s'est pas fâchée, mais a réagi à la mésaventure comme une vraie Asiatique, en souriant.

Relations Suisse - Birmanie

En mai 2012, la Suisse a levé les sanctions à l’encontre du Myanmar, à l’exception de l’embargo sur les biens d’équipement militaires et les biens susceptibles d’être utilisés à des fins de répression.

L’Aide humanitaire suisse est active depuis plusieurs années dans l’est du pays et dans les camps de réfugiés du Myanmar sur le sol thaïlandais.

En 2008, elle est intervenue auprès des victimes du cyclone Nargis.

Suite aux changements politiques qui ont eu lieu ces derniers mois dans ce pays, la Suisse a décidé de renforcer son programme humanitaire au Myanmar avec un programme de développement.

La Suisse a reconnu l’ancienne Birmanie en 1948.

Les deux pays entretiennent des relations diplomatiques depuis 1956.

Elles sont pour l’instant assurées par l’ambassadeur de Suisse à Bangkok.

La Suisse a prévu d’ouvrir une ambassade au Myanmar dans un avenir proche.


(Traduction de l'italien, Gemma d'Urso), swissinfo.ch



Liens

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×