Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Vagabonds de l’asile L’Italie les accueille, puis les abandonne

A la mi-mars, les autorités milanaises ont fait évacuer l’ancienne gare de la Porta Romana, où vivaient en plein air une centaine de personnes, réfugiés pour la plupart, sans eau potable ni électricité. L’occupation de lieux abandonnés est souvent l’unique solution laissée à des étrangers sans logement ni travail et privés du droit au minimum vital.

(Caritas Ambrosiana, Milano)

Chaque année, des milliers de requérants d’asile arrivent en Suisse depuis l’Italie. Le manque de mesures d’intégration, de logements et d’emplois les pousse à franchir la frontière, le plus souvent pour être finalement renvoyés. Reportage à Milan.

«Il n’y a pas grand-chose à faire ici… pas de travail, pas d’école». Il est dix heures du matin et Vivian est assise devant la télévision. Elle regarde défiler les images en essayant de capter quelques mots ici et là. Pour apprendre l’italien, dit-elle, mais aussi pour passer le temps.

Vivian a fui l’Egypte il y a presque deux ans, après la chute de Moubarak, avec son mari et ses trois jeunes enfants. A peine débarquée en Italie, la famille a été conduite au centre CARA de Mineo, en Sicile, où, selon la loi italienne, les candidats à l’asile ne peuvent rester que 35 jours au maximum, le temps de vérifier leur identité et de définir la procédure qui leur sera appliquée. Mais là, les conditions d’accueil sont limite (jusqu’à 1300 places) et les mesures d’intégration insuffisantes.

Pourtant, Vivian et sa famille sont restés une année à Mineo. Jusqu’à ce que, attirés par le bouche à oreille qui promettait de meilleures chances de trouver du travail, ils décident de venir à Milan. En poche, un statut de protection humanitaire, qui correspond à un statut national de réfugié et donne droit à un permis d’un an, renouvelable.

Nous la rencontrons au centre pour femmes de la Via Sammartini, un bâtiment plutôt spartiate, à quelques minutes de bus de la gare centrale de Milan. Ici vivent une trentaine de femmes et autant d’enfants. La plupart sont réfugiés et quelques-uns requérants d’asile, avec le droit de rester au maximum dix mois.

Requérants et réfugiés sous le même toit

«Les réfugiés n’ont pas droit à un minimum vital; ils peinent à trouver un logement et un travail. Ainsi, ils se retrouvent souvent en situation de grande précarité et se tournent vers les diverses structures d’accueil pour les migrants. Mais ces centres sont à peine suffisants pour offrir un toit aux milliers de personnes qui arrivent chaque mois sur le territoire», explique Don Roberto Davanzo, directeur de Caritas Ambrosiana à Milan, qui coordonne la gestion des centres d’accueil pour le compte des autorités de la ville.

En 2011, le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a recensé 34'120 demandes d’asile en Italie, puis 15'170 en 2012. S’y ajoutent 58'000 réfugiés politiques, selon une estimation des Nations unies de juin 2012. Or, les centres d’accueil gérés directement depuis Rome ne totalisent qu’environ 10'000 places. Et ceux qui dépendent des régions ne suffisent pas à compenser la différence. Conséquence: les listes d’attente s’allongent. A Milan, une quarantaine de femmes et d’enfants attendent qu’une place se libère à la Via Sammartino.

En fait, l’Italie est un des rares pays d’Europe à ne pas avoir de loi-cadre sur l’asile. Le domaine est régi par une série de décrets adoptés pour faire face aux urgences migratoires dans un pays que les accords de Dublin ont placé doublement en première ligne. «Le système est plutôt fragmenté et crée de grandes disparités entre les régions», explique au téléphone le Suisse Beat Schuler, juriste du HCR à Rome.

Infographique

Statistiques de l'asile Le nombre de requérants a presque doublé

Les demandes d’asile ont pratiquement doublé entre 2010 et 2012, en raison notamment du Printemps arabe. Durant les premiers mois de 2013, ...

Trop tard, pas d’école jusqu’en septembre

Pendant que Vivian bavarde avec une compatriote, nous visitons le centre de la Via Sammartini. Trousseau en mains, la coordinatrice Daniela Ceruti nous montre l’infirmerie, la buanderie, la salle d’atelier et celle où les enfants peuvent jouer. Toutes strictement fermées à clé. Pour éviter les vols, dit-elle. Deux garçons descendent l’escalier. Bizarre… ce n’est pas un jour de congé, ne devraient-ils pas être en classe?

Daniela Ceruti explique que de nombreux enfants - dont la fille aînée de Vivian, neuf ans - ne sont arrivés au centre qu’après Noël. Soit trop tard pour être intégrés dans une classe. «Ils devront attendre jusqu’à septembre, si d’ici là la famille n’a pas décidé de quitter la ville», note la coordinatrice.

L’heure du repas approche et Vivian attend impatiemment l’arrivée de son mari. Elle le voit presque tous les jours, mais ils ne vivent pas ensemble. A Milan en effet, il n’y a pas de structure d’accueil pour les familles et les hommes sont logés dans des centres à part, parfois à l’autre bout de la ville.

Recherche travail, désespérément

Nous nous rendons dans la banlieue nord de Milan, station Bignami. Au fond d’une ruelle, derrière une clôture verte, se cache un vieux bâtiment préfabriqué qui fait plus penser à un entrepôt abandonné qu’à un centre d’accueil. Autrefois, c’était une école. Aujourd’hui, une cinquantaine d’homme vivent là.

A cette heure de l’après-midi, le lieu est presque désert. Les résidents doivent partir après le petit déjeuner. La plupart s’en vont à la recherche d’un emploi, à l’usine, sur les chantiers ou dans les champs. En Italie, la loi autorise les requérants d’asile à travailler dès qu’ils ont séjourné six mois dans le pays. Mais par ces temps de crise économique, les offres sont rares, même pour des emplois peu rémunérés.

Dans la pièce centrale, cinq ou six hommes assis à une table discutent avec les assistants sociaux. Ils tirent un bilan de leurs dix mois passés au centre. Dans quelques jours, ils devront partir, mais quelques-uns ont déjà une solution de rechange. Certains iront chez un ami, d’autres finiront peut-être dans un des nombreux refuges illégaux comme il s’en trouve dans toute l’Italie. «C’est la réalité du tiers monde, constatent les volontaires de l’ONG milanaise Naga Har, qui visitent régulièrement ces endroits. Les gens dorment sur des matelas jetés par terre, avec les rats, sans eau potable ni électricité».

Pour ceux qui ne veulent pas s’y résoudre, reste l’option de reprendre la route. Certains choisiront d’émigrer vers le sud, en attendant le début de la saison des travaux des champs, d’autres iront au nord, par-delà la frontière, soit directement en Suisse, soit en Allemagne, ou plus loin encore, vers les Pays-Bas ou la Suède.

L’accord de Dublin

Parallèlement au traité de Schengen, la Suisse a adhéré le 12 décembre 2008 à la convention de Dublin, qui vise à coordonner la politique d'asile entre les 30 pays signataires.

En vertu de cet accord, toute demande d’asile est traitée dans un seul pays, soit le premier dans lequel elle a été déposée. L’objectif est d’éviter qu’une personne dépose des demandes dans plusieurs Etats de l’espace Dublin.

Les autres pays n’entrent par conséquent pas en matière sur d’éventuelles demandes d’asile successives et sont autorisés à transférer le requérant dans l’Etat qui a la compétence de statuer.

Dans les dernières années, 40% environ des demandes présentées en Suisse relevaient de la procédure Dublin. En 2012, la Suisse a présenté aux autres pays signataires de l’accord 11'029 demandes de prise en charge, dont 6605 à l’Italie, 824 à la France, 576 à l’Allemagne et 563 à l’Autriche.

Sur 9328 demande acceptées, seules 4637 personnes ont été effectivement transférées, dont 2981 en Italie.

L’Office fédéral des migrations ne donne pas les statistiques du nombre de personnes qui reviennent plusieurs fois en Suisse après avoir été renvoyées dans le cadre de la procédure Dublin.

Fin de l'infobox

Le «tourisme de l’asile»

Selon Beat Schuler, du HCR, l’Italie est davantage considérée comme un pays d’arrivée que comme un pays de séjour. De là, les réfugiés essayent de rejoindre les pays où ils trouveront une forte communauté de leurs compatriotes ou ceux où ils savent que les conditions sociales et les perspectives de travail sont meilleures. Dans ce sens, la Suisse est un objectif pour certains et un passage pour d’autres.

Celui qui arrive sur le territoire de la Confédération a souvent déjà déposé une demande d’asile ailleurs, principalement en Italie. Il devrait donc y être renvoyé. Mais ici, le conditionnel est de rigueur.

En 2012, la Suisse a présenté aux autres Etats Dublin 11'029 demandes de réadmission, dont 6605 à l’Italie. Mais moins de la moitié des personnes (2981) ont été effectivement renvoyées dans la Péninsule. Pourquoi? Pour diverses raisons, répond l’Office fédéral des migrations (ODM): problèmes de santé, recours pendants, retours à la clandestinité ou départs à l’étranger. Il y a aussi les requérants qui refusent de partir et que l’on finit par renvoyer des mois plus tard par «vol spécial».

Accélérer les procédures fait partie des objectifs prioritaires de la politique d’asile suisse. Mais la réalité du terrain montre les limites du système.

Une fois qu’ils ont atterri à Milan ou à Rome - les deux voies prévues par la procédure Dublin -, les réfugiés ne sont pas conduits dans des centres d’accueil, comme on pourrait s’y attendre. «On les considère comme des citoyens libres», explique Don Roberto Davanzo. Ils ont quelques jours pour se présenter à la police et reprendre la procédure d’asile où ils l’avaient laissée. «Rien ne nous dit que certains ne vont pas sauter dans le premier train pour la Suisse ou pour l’Allemagne. Et comment les en blâmer?», ajoute le directeur de Caritas Ambrosiana.

Critiques contre l’Italie

Les lacunes du système italien de protection des réfugiés ont amené la Commission européenne à ouvrir en octobre 2012 une procédure contre l'Italie pour violation du droit communautaire.

L’Allemagne et la Suède ont suspendu à plusieurs reprises les renvois vers la Péninsule des personnes considérées comme les plus vulnérables. Il y a deux ans, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) avait demandé à la Suisse d’en faire autant.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Interrogé par swissinfo.ch, l’Office fédéral des migrations (ODM) a précisé n'avoir pas pris position sur la décision de la Commission européenne en raison du fait "qu'il s'agit d'une procédure préliminaire et non encore publique". Egalement sollicité, le ministère italien de l’Intérieur n’a pas répondu à nos questions sur ce dossier.

Fin de l'infobox

La fin et le début de l’urgence

Retour à Milan. La journée est morne et froide, le printemps peine à éclore. La municipalité a donc décidé de retarder de quelques semaines la fermeture des dortoirs pour les sans-abri. C’est là que se sont réfugiés ces derniers temps de nombreux requérants d’asile nord-africains.

A fin février en effet, l’Etat italien a fermé les centres spéciaux dits «urgence Afrique du Nord» qui ont accueilli quelque 28'000 réfugiés, parqués là sans aucune mesure d’intégration. Maintenant que la crise est considérée comme «terminée», l’Italie a mis à la porte les près de 13'000 personnes qui restaient, avec en poche un billet de 500 euro et un permis de voyage de trois mois.

Où ces gens vont-ils chercher refuge? Les ONG craignent une augmentation du nombre des sans-abri. En Suisse, certains prédisent déjà un nouvel afflux de requérants, même si pour l’heure, l’ODM dit ne pas avoir constaté de changements importants dans les flux migratoires.


(Traduction de l’italien: Marc-André Miserez), swissinfo.ch

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.