Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

5000 dollars pour réparer l'«erreur»

Comme d'autres civils, Salah Jmor est présumé avoir été tué par des soldats de la coalition.

(Keystone)

Les Etats-Unis proposent une compensation de 5000 dollars à la famille du Suisse d'origine Kurde tué en Irak par «erreur» en juin dernier.

La famille de Salah Jmor juge l'offre «indécente». De son côté, Berne attend toujours une enquête complète sur la mort du Genevois.

Le représentant suisse à Bagdad a reçu cette proposition (5000 dollars ou 6405 francs)) dans un courrier électronique adressé le 21 septembre par l'ambassade américaine à Bagdad, indique Robert Assaël, avocat de l'épouse du défunt, confirmant une information de la «Tribune de Genève».

Mais le principe des «condolence payment» (paiement de condoléances) ne signifie pas que les Etats-Unis reconnaissent une quelconque responsabilité juridique, rappelait en mars dans le «Seattle Times» un officier de justice américain.

Après cette offre, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a adressé une lettre à Robert Assaël, indique l'avocat. Il estime dans ce courrier que l'indemnisation proposée «paraît clairement insuffisante dans la cas présent».

«Connaître la vérité»

La veuve de Salah Jmor souhaite pour sa part «connaître la vérité» et que «les autorités américaines prennent et assument leur responsabilité», poursuit l'avocat. Et d'ajouter: la proposition américaine est «indécente et choquante».

A l'époque, l'armée américaine avait reconnu être impliquée dans ce «tragique accident», comme elle le qualifiait dans une lettre du commandant des troupes de la coalition au président irakien Talabani.

Mais le DFAE attend toujours un compte-rendu complet des autorités américaines sur les événements.

«Si l'enquête concluait à une responsabilité des Etats-Unis, la question de la réparation devrait être traitée normalement sur le plan civil», précise Jean-Philippe Jeannerat, porte-parole du DFAE.

Berne a réitéré à plusieurs reprises ses demandes pour une enquête complète au gouvernement américain. Jusqu'à présent, la famille n'a, elle, pas eu de contact direct avec Washington.

Elle est passée par le DFAE où elle a trouvé un «soutien empathique et énergique», selon l'avocat.

Devant la Justice américaine

La cheffe du DFAE Micheline Calmy-Rey a même écrit personnellement à Mme Jmor, selon l'avocat. Robert Assaël examine toutefois désormais la possibilité de porter l'affaire devant la justice américaine.

Double national suisse-irakien d'origine kurde Salah Jmor, avait perdu la vie à 49 ans le 28 juin alors qu'il roulait sur une autoroute de Bagdad.

Selon sa famille, il a été abattu d'une balle tirée par une femme-soldat américaine depuis un convoi de trois véhicules militaires. D'autres sources en Irak ont évoqué la possibilité de «ricochets».

swissinfo et les agences

En bref

- Salah Jmor vivait depuis 25 ans en Suisse.

- Il était titulaire d'un doctorat de l'Institut des hautes études internationales de Genève.

- Depuis cinq ans, il était membre du parti socialiste genevois.

- Il dirigeait sa propre entreprise à Genève: Jmor Business&Consulting.

- Il était pressenti pour assumer des responsabilités politiques en Irak.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.