Affaire Aeroflot : un procureur russe en visite à Berne

Le procureur Nikolaï Volkov a entamé ce lundi une visite de dix jours en Suisse. Il participera à des auditions de témoins dans le cadre de l'entraide judiciaire demandée par la Russie concernant l'affaire de détournement de fonds à Aeroflot.

Ce contenu a été publié le 22 novembre 1999 - 14:44

Le procureur Nikolaï Volkov (photo) a entamé ce lundi une visite de dix jours en Suisse. Il participera à des auditions de témoins dans le cadre de l'entraide judiciaire demandée par la Russie concernant l'affaire de détournement de fonds à Aeroflot.

Nikolaï Volkov a rencontré ce lundi à Berne le procureur ad intérim de la Confédération Felix Bänziger, ainsi que d'autres représentants du Ministère public de la Confédération (MPC) et de l'Office fédéral de la police.

Avant son départ de Moscou, le procureur russe avait indiqué qu'il allait entendre les principaux témoins, notamment les chefs des sociétés financières Andava et Forus SA qui auraient, selon la justice russe, administré les réserves en devises d'Aeroflot. Les auditions seront conduites par le MPC en présence de M. Volkov. Ce dernier espère que ses collègues suisses pourront lui remettre des documents sur les liens hypothétiques entre les deux sociétés et le magnat russe Boris Berezovski, un proche de la famille du président Boris Eltsine. Bien que M. Volkov ait abandonné des accusations avancées contre le milliardaire, il a estimé que d'autres, plus importantes, pourraient être formulées plus tard.

Rappelons que des responsables d'Aeroflot sont soupçonnés d'avoir transféré illégalement jusqu'à 600 millions de dollars de la compagnie aérienne russe, à travers Forus SA et Andava. Les deux entreprises lausannoises ont été perquisitionnées le 1er juillet par le MPC sur demande du parquet russe. Des comptes ont été bloqués à cette occasion. Mais les deux entreprises ont toujours rejeté toutes les accusations.

Selon le porte-parole du Ministère public de la Confédération, il y aura aussi un échange d’informations sur d’autres dossiers en suspens, à propos desquels les autorités russes ont fait une demande d'entraide judiciaire. Il n’a cependant pas voulu préciser lesquels. Selon lui, le dossier Mabetex ne devrait pas faire partie des dossiers abordés, car un autre magistrat russe, Rouslan Tamaïev, est en charge de cette affaire de corruption de fonctionnaires. Rouslan Tamaïev souhaite d’ailleurs venir en Suisse.

SRI avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article