Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Aha!… pour tout savoir sur les allergies

Le "tram des allergies" dans les rues de Berne. (Image: ahaswiss.ch)

En Suisse les allergies affectent une personne sur cinq et coûtent chaque année un milliard de francs aux patients et à la collectivité. Selon les experts, le phénomène est même en augmentation.

De quoi justifier amplement la nouvelle campagne nationale de sensibilisation lancée mercredi à Berne.

Depuis mercredi, un nouveau tram circule dans les rues de la capitale, frappé aux couleurs de aha!, le Centre suisse pour l’allergie, la peau et l’asthme.

Pendant deux mois, les parois du véhicule seront ornées de bacilles géants, d’acariens et de graines de pollen avec ce slogan: «Rhume des foins? aha! au secours!» Histoire de rappeler aux Bernois que le Centre dispense ses informations et consignes pour tout ce qui concerne les allergies.

Mais ils ne seront pas les seuls à profiter de cette campagne de sensibilisation. Jusqu’à la fin septembre, une équipe de aha! va parcourir la Suisse de long en large.

Elle participera à des manifestations sportives populaires comme les «slowUp events», avec un stand d’information ad hoc.

Et à certaines occasions, comme lors du Grand Prix de Berne et des journées d’action de Zurich et Bâle, le public pourra se soumettre à un test gratuit du risque allergique.

En un peu plus d’un quart d’heure, n’importe qui pourra connaître son propre degré de sensibilité aux principaux facteurs allergènes, que ce soit les pollens, les acariens de la poussière de maison ou certains produits alimentaires.

Information insuffisante

«Bien que les allergies soient très répandues, le degré d’information de la population est encore relativement bas», déclare à swissinfo Annelise Lundvik.

«Et beaucoup ne savent pas quelles précautions prendre pour améliorer notablement la qualité de vie des allergiques», ajoute la responsable de la communication de aha!

Ainsi, avec des mesures appropriées, il est souvent possible d’éviter qu’un prétendu rhume des foins se mue en asthme, comme cela arrive dans 30% des cas d’allergie aux pollens.

Il existe par ailleurs des astuces toutes simples qui permettent de réduire considérablement les allergies aux acariens de la poussière à l’intérieur de la maison.

«Le fait est que la majorité des patients ne connaissent pas l’origine de leur rhume des foins», souligne Annelise Lundvik. Raison pour laquelle l’information est absolument indispensable.

En outre, une bonne information peut contribuer à réduire les coûts de la santé. Ce qui n’est pas négligeable lorsque l’on sait que la facture globale des allergies atteint le milliard de francs par année.

Seulement pour l’asthme, par exemple, les soins coûtent plus de 200 millions de francs. «Et si l’on considère toutes les formes d’allergies et leurs coûts indirects, comme la perte de gain et l’invalidité, on arrive facilement au milliard», confirme Annelise Lundvik.

Rare mais dangereux

Comme dans la plupart des pays voisins, les pollens constituent en Suisse le principal facteur allergénique. Les formes diverses de pollinose, dont le rhume des foins, affectent 15 à 20% de la population.

Viennent ensuite les allergies provoquées par les acariens de la poussière, qui concernent directement 400'000 personnes.

Mais la campagne lancée par aha! veut aussi sensibiliser le grand public aux formes les plus rares, comme les allergies aux aliments ou au venin d’insecte, même si elles ne touchent que 4% des Suisses.

«Certaines allergies alimentaires peuvent provoquer des chocs anaphylactiques, comme les piqûres de guêpe ou d’abeille, et c’est pourquoi il faut que le public soit informé», déclare à swissinfo Brunello Wüthrich, allergologue de réputation internationale.

Le choc anaphylactique est une réaction très grave, qui peut mettre en jeu la vie du patient. Celui-ci éprouve une sensation de malaise et une intense gêne respiratoire, due à une chute généralisée de la tension.

Le cerveau et le cœur sont insuffisamment irrigués et une urticaire géante peut survenir. Il y a alors lieu de procéder à une injection immédiate d'adrénaline.

En Suisse, trois à cinq personnes en moyenne meurent chaque année d’une piqûre d’insecte: «On traite presque toujours des allergiques mal informés et dépourvus de l’indispensable trousse de secours», ajoute Annelise Lundvik.

Et les allergies sévères à des aliments tels que les noix, les crustacés, les œufs ou le céleri peuvent aussi s’avérer fatales.

Les allergies augmentent

Mais au fur et à mesure que la médecine progresse, la foule des allergiques, loin de diminuer, marque plutôt une nette tendance à augmenter.

«En 1926, moins d’un Suisse sur cent était allergique aux pollens. En 1958, cette proportion était déjà montée à une personne sur vingt. Et aujourd’hui, on parle d’au moins une personne sur sept qui serait atteinte de pollinose», confirme le professeur Wüthrich.

Parallèlement, on assiste aussi à une nette hausse du nombre d’allergies cutanées.

Les causes de ces augmentations sont multiples. Les spécialistes sont généralement d’accord pour admettre qu’elles vont des facteurs génétiques aux changements climatiques, en passant par ce qu’on pourrait nommer «le style de vie occidental», soit l’accélération du rythme de la vie, l’augmentation du trafic motorisé, le stress et les nouvelles habitudes alimentaires.

Tout une série de facteurs que cette campagne de sensibilisation ne pourra évidemment pas éliminer. Mais elle permettra au moins de mieux les comprendre.

swissinfo, Fabio Mariani
(traduction: Isabelle Eichenberger)

Faits

L’allergie aux pollens est la plus répandue en Suisse. Elle touche 15 à 20% de la population.
400'000 personnes sont allergiques aux acariens de la poussière de maison.
Les allergies au venin d’insecte et aux aliments sont moins fréquentes, mais peuvent provoquer des chocs anaphylactiques: de 3 à 5 personnes en meurent chaque année.

Fin de l'infobox

En bref

- Outre des services classiques d’information en ligne et sur brochures, le Centre suisse pour l’allergie, la peau et l’asthme aha! offre une consultation téléphonique au 00 41 (0)31 359 90 50.

- aha! organise aussi des camps de vacances pour enfants allergiques et asthmatiques ainsi qu’un soutien spécialisé en vue d’améliorer la qualité de vie des patients.

- Créée à l’origine par des patients, aha! est dotée depuis l’an 2000 d’un statut de fondation indépendante, financée par des collectes et soutenue par l’Office fédéral des assurances sociales.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×