Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Appel au boycott des assurances suisses

L´Association suisse des assurés (ASSUAS) relance son combat. Elle accuse les assurances helvétiques de mal indemniser les victimes d´accidents. Mardi, à Bruxelles, elle a annoncé une grève de la faim et un boycott.

Selon l'ASSUAS, «le malheur des uns fait les milliards des autres». Autrement dit, les assurances suisses s'enrichiraient sur le dos des victimes, notamment des ressortissants de l'Union européenne.

L'association voit là une violation de la convention européenne des droits de l'homme. Les assurances, affirme le président de l'ASSUAS, l'avocat genevois Mauro Poggia, infligent des traitements dégradants ou inhumains à leurs clients. Et la justice suisse ne leur accorde pas le droit à un procès équitable.

Jean-Pierre Esnault, correspondant français de l'ASSUAS, menace d'entamer une grève de la faim, dès vendredi, dans un hôtel bruxellois, en compagnie d'une victime des inondations survenues l'année dernière dans l'Aude. Il souhaite que «l'on puisse enfin se parler avec les assurances suisses».

Par ailleurs, Jean-Pierre Esnault a lancé un appel au boycott des assurances suisses. Interrogé par swissinfo sur le soutien de l'ASSUAS à cette initiative, Mauro Poggia a répondu que l'association donnait «son appui à toute démarche susceptible de faire céder les assureurs suisses».

Le cas emblématique cité par l'ASSUAS est celui d'Antoinette Danon. Victime d'un accident de la route en 1983, cette Belge d'origine suisse s'estime insuffisamment indemnisée.

A Berne, Ruedi Christen, porte-parole du conseiller fédéral Joseph Deiss, assure qu'il s'agit d'une «affaire privée».

Thierry Zweifel, Bruxelles

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×