Après les inondations, le constat des dégâts

Des masses de bois ont dévalé le cours de l'Aar jusqu'à Berne... Keystone

Les travaux de déblaiement ont battu leur plein jeudi, après les graves inondations qu'ont connues plusieurs régions du pays depuis lundi.

Ce contenu a été publié le 25 août 2005 - 15:55

Alors que le niveau de l'eau baisse, le bilan humain se monte à cinq morts et à une personne disparue. Quant aux assureurs, ils parlent d'une facture d'un milliard de francs.

Le bilan humain des intempéries en Suisse s'élève dorénavant à cinq morts et un disparu: manquant à l'appel depuis mardi dernier, une femme a été retrouvée morte jeudi après-midi à Brienz, dans l'Oberland bernois.

De manière générale, le soulagement dû à l'amélioration de la situation après les intempéries et l'anxiété face à de nouvelles précipitations partageaient les esprits jeudi.

A Berne, jeudi après-midi, une partie des habitants de la ville basse ont été évacuées (300 personnes), opération menée de peur que le courant de l'Aar ne finisse par saper les fondations des maisons, dont beaucoup datent du Moyen-Age.

L'alerte reste maximale: les autortés craignent que les eaux du lac de Thoune, une fois dégagées des troncs et branchages qui les ont envahies, ne se déversent brutalement dans l'Aar, entraînant un nouvel afflux d'eau à Berne.

Les eaux baissent

Le niveau du lac des Quatre-Cantons, qui borde Lucerne, a baissé de quelques centimètres après avoir approché de son record de 1910. De nouvelles pluies, nettement moins abondantes que les derniers jours, ont commencé à tomber.

Une grande partie de la ville est cependant encore sous l'eau. Il faut s'attendre à des dégâts de plusieurs millions de francs rien qu'au Musée des transports, où des pièces historiques ont notamment été inondées.

A ce propos, le montant global des dégâts consécutifs aux inondations en Suisse devrait dépasser le milliard de francs suisses, dont la moitié est assurée, a estimé jeudi le réassureur Swiss Re, deuxième réassureur mondial.

Dans l'Arc jurassien, les lacs de Bienne et Neuchâtel continuent à se rééquilibrer: le niveau du premier s'inscrivait à 429,97 mètres jeudi matin, en recul de plus de 30 centimètres depuis la veille alors que le second progressait à 429,80 mètres. Les deux lacs devraient s'équilibrer vendredi ou samedi autour de 429,85 mètres.

Les lacs de l'Oberland bernois sont eux aussi à la baisse. A Thoune, la situation en ville demeure toutefois sous haute surveillance. Les secouristes se préoccupent en particulier de protéger le bâtiment de Swisscom. Si de l'eau devait s'y infiltrer, tout l'Oberland bernois serait privé de téléphone.

A Fribourg, la situation est redevenue quasi normale. L'heure est à l'évaluation des dégâts avant les travaux de remise en état. Les rivières ont retrouvé leur lit et les routes sont toutes praticables.

Réouvertures en cours

Le trafic sur l'axe central nord-sud montre des signes de détente. Les CFF ont repris jeudi après-midi le trafic sur une portion de la ligne du Gothard, une navette ayant été mise à disposition des habitants de la région. Si les premiers trains directs entre Bâle et le Tessin circuleront dès vendredi matin, la reprise du trafic normal prendra encore quelque temps.

Il faudra attendre que le niveau du lac des Quatre-Cantons baisse encore pour pouvoir rouvrir l'A2 entre Flüelen et Erstfeld.

Les retours de vacances risquent d'être fortement perturbés si l'accès uranais au tunnel routier du Gothard sur l'A2 reste fermé ce week-end, avertit Viasuisse. La majeure partie du trafic sud-nord emprunterait alors l'A13 via le San Bernardino.

Dans le canton d'Obwald, la station touristique d'Engelberg est toujours coupée du monde. La construction d'une route d'accès d'urgence va prendre environ deux semaines...

Enfin, dans les Grisons, la Basse-Engadine est, elle, à nouveau reliée au monde par le tunnel de la Vereina et la route menant d'Ardez à Ftan. L'accès par le col de la Flüela est en revanche toujours impossible pour les véhicules, cars postaux exceptés.

Risques de pollution

Là où les alertes aux inondations sont passées, la population est placée devant un problème environnemental. Les eaux qui ont recouvert champs et jardins sont vraisemblablement contaminées par des matières fécales, des huiles ou des substances chimiques. A Sarnen (Obwald), l'eau doit être bouillie avant d'être bue.

D'autres communes de Suisse centrale et des cantons de Berne ou de St-Gall sont confrontées au problème d'eau polluée. Les stations d'épuration ou les canalisations sont hors service dans de nombreuses zones sinistrées.

La situation est plus favorable en Suisse romande. Autour du lac de Bienne comme à Roche, dans le canton de Vaud, le risque de pollution des nappes phréatiques semble réduit.

Refus des critiques

En déplacement à Brienz, dans le canton de Berne, le ministre Samuel Schmid, chef du Département fédéral de la protection de la population, s'est dit «vraiment étonné que l'on puisse dire que la Suisse n'est pas préparée».

Il faisait ainsi allusion au fait que mercredi, le directeur de la stratégie pour la prévention des catastrophes naturelles de l'ONU avait critiqué le système d'alerte suisse.

S'exprimant à la Télévision suisse romande, Samuel Schmid a déploré que dans plusieurs endroits, on n'a pas utilisé le système d'alerte, qui était néanmoins prêt. «Il faut me montrer un pays qui a un système de préparation comme celui de la Suisse pour répondre à des menaces pareilles», a-t-il ajouté.

Le ministre a par ailleurs rappelé que les régions touchées par les intempéries ont bénéficié de l'aide de l'armée et obtenu tous les moyens qu'elles ont demandés.

A ce propos, l'armée a tiré jeudi un premier bilan positif de son engagement. Ces événements montrent que le modèle 'Armée XXI' fonctionne et qu'il permet d'être souple, s'est félicité son chef, Christophe Keckeis. Outre un millier de militaires, sept hélicoptères Alouettes III et quatre hélicoptères Super Puma sont actuellement engagés.

swissinfo et les agences

En bref

- La Chaîne du Bonheur organisera le 31 août une collecte nationale en faveur des victimes des intempéries. De 6h à 24h, elle rassemblera les promesses de dons via six centrales téléphoniques.

- Jusqu'à jeudi midi, un demi-million de francs avait déjà été récolté.

- Le compte de chèque postal de la Chaîne du Bonheur est le 10-15000-6, mention «Intempéries en Suisse».

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article