Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Athletissima: des stars et des émotions à la Pontaise

L'Américaine Marion Jones devrait notamment attirer l'attention.

(Keystone Archive)

La cuvée 2001 d'Athletissima s'annonce sous les meilleurs auspices. Comme à l'accoutumée, les organisateurs du meeting ont réuni parmi les meilleurs athlètes du moment. Des épreuves «stars», une caméra mobile et un feu d'artifice final vont rythmer cette folle soirée.

Si treize champions olympiques vont fouler le tartan de la Pontaise lausannoise mercredi 4 juillet, ce sont avant tout les deux Américains, Marion Jones et Maurice Greene, qui devraient attirer l'attention. Les deux maîtres incontestés du sprint mondial apparaissent déjà comme étant les figures de proue d'un meeting prometteur.

Avec un petit budget de 2,5 millions de francs (dont 1 million de prime d'engagement et 500 mille francs de prime de performance), le directeur de la réunion, Jacky Delapierre, a réalisé des miracles.

L'organisation irréprochable du meeting, la piste rapide et le climat propice aux grandes performances ne sont pas étrangers à ce succès.

De plus, à un mois des Championnats du monde d'Edmonton, la réunion de la Pontaise occupe une place de choix dans le calendrier des athlètes désireux d'obtenir leur sésame ou de soigner leur préparation.

Parmi eux, quelques Suisses, dont notamment André Bucher qui tentera de rééditer son exploit de l'an dernier sur 800m. Mais également Alain Rohr (préféré à Marcel Schelbert sur 400 m haies), Thomas Keller sur 110 m haies et Peter Philipp sur 1500 m. Chez les femmes, Anita Weyermann n'a, pour l'heure, par confirmé sa participation.

Au chapitre technique, une caméra mobile permettra aux spectateurs de découvrir les visages de leurs favoris sur écran géant. Des images qui seront également disponibles sur l'Internet, puisque le meeting sera diffusé via le web. Et entre 21h00 et 21h50, cinq courses «stars» (100m, 800m, 3000m, 110m haies homme et le 100m femme) constitueront le point d'orgue de la soirée.

Mathias Froidevaux


Liens

×