Attractif, mais difficile

Les frères Yakin (à g.) avec le gardien Zuberbühler après la qualification de leur équipe. Keystone

En remportant jeudi soir son match retour par deux buts à zéro contre Celtic Glasgow, le FC Bâle a réussi l'exploit.

Ce contenu a été publié le 29 août 2002 - 18:59

Celui de participer à la Champions League. Il se mesurera à Liverpool, Valence et Spartak Moscou.

Au lendemain de sa qualification historique, le club rhénan a pris connaissance des adversaires qu'il devra affronter lors de la première phase du tournoi.

Effectué jeudi à Monaco, le tirage au sort des poules du premier tour est attractif mais difficile pour Bâle.

Les champions de Suisse débuteront à domicile le 17 septembre contre Spartak Moscou.

Puis, ils se rendront à Liverpool le 25 septembre. Et à Valence le 2 octobre.

Les Espagnols, eux, seront au Parc St-Jacques pour le match retour le 22 octobre.

Ensuite, Bâle ira à Moscou le 30 octobre. Avant de recevoir le 12 novembre Liverpool et ses stars (Owen, Diouf, Gerrard et Heskey).

Une réussite sur tous les plans

L'exploit sportif du club rhénan se double d'une réussite économique éclatante au moment où bien des clubs peinent à joindre les deux bouts.

La clef de cette réusssite, c'est très certainement René C. Jäggi qui a été nommé président du club il y a six ans.

Cet excellent «vendeur», ancien patron d'Adidas, est parvenu à convaincre l'UBS, puis le groupe Roche et finalement Toyota à verser des millions de francs au club.

Grâce à Gisela «Gigi» Oerli, il a décroché quelque 15 millions répartis sur trois ans.

Gisela «Gigi» Oerli est passionnée de foot. Mieux, elle est l'épouse d'Andreas Oerli, représentant des familles fondatrices au sein du conseil d'administration de Roche.

Ainsi, grâce à tous ces millions, le club rhénan a pu faire fait peau neuve. Il s'est notamment doté du flambant Parc Saint-Jacques.

Premier stade moderne et multifonctionnel de Suisse, il est également apprécié du public, des notables et.... des sponsors.

swissinfo avec tsr.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article