Avec quatre autres Suisses

Les ambitions seront modestes pour Wawrinka, Bastl, Schnyder et Gagliardi, qui peinent à s’exprimer pleinement sur le gazon.

Ce contenu a été publié le 18 juin 2005 - 14:14

Trois ans après sa victoire-surprise contre Pete Sampras, George Bastl effectue un retour discret à Wimbledon.

Dans l’histoire du tennis, Roger Federer reste celui qui a mis un terme à la domination du roi Sampras à Wimbledon, en le faisant plier en 1/8e de finale en 2001.

Mais c’est à un autre Suisse que revient l’honneur d’avoir été le dernier à s’offrir le scalp de l’Américain sur le gazon londonien. Souvenez-vous, en 2002, George Bastl réalisait un exploit aussi phénoménal qu’inattendu en s’imposant en cinq sets face à «Pistol Pete».

Le Vaudois n’est jamais parvenu à rééditer pareille performance. Depuis ce mois de juin 2002, il ne s’est plus qualifié pour un seul tournoi du Grand Chelem... jusqu’à Wimbledon 2005, où il va enfin retrouver la cour des grands, après être passé par les épreuves de qualification.

Coup de pouce du destin, George Bastl (ATP 141) a même des chances de passer le premier tour puisqu’il en découdra avec un joueur invité, l’Ecossais Andrew Murray (ATP 317).

La Suisse sera représentée au total par cinq ambassadeurs. Outre Federer et Bastl, Stanislas Wawrinka disputera le premier Wimbledon de sa carrière. Face à Fabrice Santoro, aussi peu à l’aise que lui sur le gazon, il peut passer la rampe.

Côté féminin, Patty Schnyder (tête de série no 10) et Emmanuelle Gagliardi (WTA 74) partent avec des ambitions limitées. La Bâloise n’a jamais dépassé le 3e tour à Londres dans sa carrière. Et pour la Genevoise, le gazon reste de loin sa moins bonne surface.

swissinfo, Jonathan Hirsch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article