Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Bienvenue à «Gstaad on the beach»

La paire formée de Patrick Heuscher (à droite) et de Sascha Heyer a des chances de médaille.

(Keystone)

Quelques semaines après les stars du tennis mondial, la station de l'Oberland bernois a fait peau neuve pour accueillir les meilleurs beach volleyeurs de la planète.

Du 24 au 29 juillet, Gstaad organise les championnats du monde de la discipline qui réunissent les 48 meilleures paires de chaque sexe du circuit. C'est la première fois que les Mondiaux se tiennent en Suisse.

Los Angeles (1997), Marseille (1999), Klagenfurt (2001), Rio de Janeiro (2003) et Berlin (2005) et ... Gstaad! Un an avant les Jeux olympiques de Pékin, toutes les meilleures paires de beach volley entreprennent le voyage de l'Oberland bernois et viennent disputer leurs Mondiaux à 1000 mètres d'altitude, aux pieds des cimes enneigées.

«Ces championnats du monde constituent l'événement de beach volley le plus important de l'année, se réjouit le directeur du tournoi Ruedi Kunz. A un an des JO, c'est aussi le moyen pour les équipes d'engranger un maximum de points en vue de leur qualification pour Pékin.»

Même si aucun billet définitif ne sera distribué à l'issue de ce rendez-vous, il y a fort à parier que les équipes qui réussiront le mieux à Gstaad auront l'honneur de s'affronter dans le futur «Chaoyang Park Beach Volleyball Stadium» de la capitale chinoise.

Une première en Suisse

Depuis sa création en 1987 au Brésil, les Mondiaux de beach volley n'ont jamais été organisé en Suisse. Le défi est donc énorme pour les organisateurs de Sport Event Gstaad Gmbh à qui la Fédération internationale de volleyball (FIVB) a confié les rennes de la manifestation.

«Nous travaillons depuis plus de trois ans à l'organisation de ce rendez-vous, poursuit Ruedi Kunz. C'est le huitième tournoi de Beach Volley que nous organisons depuis l'an 2000, puisque nous avons géré à plusieurs reprises le World Tour. Cette expérience nous a permis de ravir ces Mondiaux à Dubaï.»

Reste qu'un championnat du monde est un rendez-vous bien plus important qu'un tournoi du World Tour. Raison pour laquelle la Fédération suisse de volleyball est également montée à bord d'un bateau soutenu financièrement par différents sponsors, l'Etat, la commune, l'Office du tourisme et Swiss Olympic.

La vente des billets – 100'000 personnes sont attendues durant la semaine – devrait permettre de compléter le budget d'organisation proche des 6 millions de francs.

A noter qu'après de longues négociations, SSR SRG idée suisse a décidé de jouer le rôle de producteur officiel d'images de la manifestation (60 heures de direct) qui seront retransmises en direct non seulement en Europe, mais aussi aux Etats-Unis, en Chine et Hong Kong ainsi qu'au Moyen Orient.

Des télévisions indiennes, coréennes, thaïlandaises ou indonésienne vont également diffuser des images de la manifestation en différé.

Paul et Martin Laciga à nouveau ensemble

Il faut dire que les 192 participants sont issus d'une trentaine de pays et que les prétendants au titre final sont légion. Depuis les JO d'Atlanta en 1996, le beach volley (sport télégénique) rencontre un franc succès auprès du public; les audiences sont là pour le prouver.

«Je pense que dix équipes sont susceptibles de l'emporter chez les messieurs, estime Ruedi Kunz. Il y a notamment une ou deux paires brésiliennes, allemandes, américaines ou espagnoles qui risquent de se battre pour l'or.»

«A mon sens, poursuit-il, la paire helvétique composée de Patrick Heuscher et Sascha Heyer est celle qui a le plus de chances de venir s'immiscer parmi les prétendants au titre au niveau helvétique.»

Respectivement médaillé de bronze au JO de 2004 et vice-champion du monde 2005 avec des autres partenaires, Patrick Heuscher et Sascha Heyer ont décidé d'unir leurs destinées sportives pour frapper un très grand coup au niveau international.

Trois fois champions d'Europe, médaillés d'argent des mondiaux de 1999 et cinquième des Jeux de Sydney et Athènes, les frères Paul et Martin Laciga – qui s'étaient séparés – vont à nouveau jouer ensemble à Gstaad. Un événement.

Les deux frères ont d'ailleurs fait l'impasse sur le récent tournoi de Marseille pour être le plus affûtés possible dans l'Oberland bernois.

Chez les dames, le tournoi est également très ouvert. Les meilleures chances helvétiques reposent sur les épaules de la paire Simone Kuhn – Lea Schwer même si cette dernière, blessée récemment, n'est pas encore revenue au meilleur de sa forme.

swissinfo, Mathias Froidevaux

Faits

Les Mondiaux se déroulent du 24 au 29 juillet 2007
96 équipes disputeront 218 matches et se battront pour 1 million de dollars (500'000 pour les hommes et autant pour les femmes) de gains potentiels
6'250'000 francs de budget d'organisation
12'000 places assises dans les tribunes
2300 tonnes de sable
700 bénévoles

Fin de l'infobox

Beach Volley

Le beach volley est né dans les années 1920 sur la côte ouest des Etats-Unis. A l'origine, il était pratiqué par les surfeurs californiens pour tromper l'ennui lorsqu'il leur était impossible de surfer. Depuis les JO d'Atlanta en 1996, il est considéré comme un sport olympique (démonstration en 1992 à Barcelone).

Ce sport – dérivé du volley-ball – oppose deux équipes de deux joueurs qui défendent chacune un terrain de sable de 8 mètres sur 8. Les terrains sont séparés par un filet tendu à 2,43m pour les hommes et 2,24m pour les femmes.

Un match se joue au meilleur des trois sets de 25 points. Si un set décisif doit être disputé, l'équipe qui marque en premier 15 l'emporte. Les équipes changent de camp tous les 7 points pour ne pas être désavantagées par le soleil ou le vent.

Fin de l'infobox


Liens

×