Navigation

Une symbiose surprenante entre les araignées et les plantes

En embuscade. Keystone

Les araignées crabes, qui occupent les plantes à fleurs pour attraper les pollinisateurs, ne sont peut-être pas si nuisibles après tout. Elles viennent également en aide aux plantes assiégées par des insectes nuisibles, ont découvert des chercheurs de l'Université de Zurich.

Ce contenu a été publié le 23 avril 2018 - 15:46
swissinfo.ch/dos

Les interactions symbiotiques entre les espèces dans la nature sont courantes. Pensez à l'éléphant qui traverse les plaines avec les oiseaux qui lui toilettent le dos, ou au travail infatigable du ver de terre qui aide à fertiliser le sol.

Les araignées crabes se nourrissent des pollinisateurs, comme les abeilles. On ne leur reconnait généralement pas d’utilité. Mais les recherches du Département de botanique de l'Université de Zurich ont montré qu'elles aident aussi à débarrasser les plantes des insectes nuisibles en les mangeant, ainsi que leurs larves.

En étudiant l'interaction entre les araignées et la biscutelle commune (une plante à fleurs jaunes commune en Europe), les chercheurs sont arrivés à une conclusion encore plus surprenante : la plante elle-même peut envoyer un «appel à l'aide» lorsqu'elle est fortement attaquée par les florivores (herbivores qui se nourrissent de fleurs).

Cela prend la forme d'une augmentation du parfum émis par la plante qui attire plus d'araignées crabes. «L'étude montre que l'effet de l'interaction des organismes dépend fortement du contexte écologique», indique un communiqué de presse de l'université.

Et pourtant, ces contextes changent constamment en raison de facteurs humains ou autres, avec des implications souvent imprévisibles - surtout lorsqu'un partenaire existant dans l'interaction disparaît.

«Pour cette raison, il est important de mieux comprendre les interactions entre les organismes et leurs conséquences afin de pouvoir appliquer ces connaissances pour la protection des écosystèmes ou d'agriculture biologique», déclare Florian Schiesti, auteur du rapport.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.