Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Bortolami, nouveau leader du Tour de Suisse cycliste

L'arrivée triomphale de l'Italien Bortolami, jeudi, à Baar.

(Keystone)

La performance de l'Italien Bortolami n'inquiète pas vraiment Armstrong, Jalabert et les Suisses Camenzind, Zberg et Dufaux. Car ils savent bien que le Milanais n'est pas un homme de la montagne et des grands cols.

L'Italien Gianluca Bortolami - il fêtera ses 33 ans le 28 août - a remporté la 3e étape du Tour de Suisse cycliste, Reinach-Baar, longue de 162,7 kilomètres. Il s'est imposé, au sprint, devant son compagnon d'échappée, l'Autrichien Peter Wrolich, son cadet de cinq ans.

Dans sa quête de victoire, la 27e de sa carrière, le Milanais Bortolami a endossé le maillot jaune de leader, porté depuis le prologue par l'Américain, Lance Armstrong. Le geste victorieux de Bortolami contrastait avec le dépit de l'Autrichien. Nanti à ce jour que d'une seule victoire.

Les ténors du peloton, dont Lance Armstrong, se sont longtemps désintéressés de l'entreprise des deux fugitifs. Qui ont comptabilisé jusqu'à près de dix minutes d'avance, pour en conserver finalement près de trois à Baar (2'53'').

A l'heure des comptes, la question sera: le leader de l'équipe «Tacconi» - une chaîne de magasins de sports en Italie - serait-il en position de remporter le Tour de Suisse?

Tant chez les Suisses Oscar Camenzind, Beat Zberg et Laurent Dufaux que du côté de Lance Armstrong ou Laurent Jalabert, on ne remarque en tout cas aucun signe d'affolement, à la suite de la première place du classement général occupée dorénavant par l'Italien Bortolami.

Le Schwytzois, qui vise un deuxième succès, explique: «Lorsque l'écart a été trop important, Lance et ses équipiers ont roulé. Mais ils se sont vite désinté-ressés. Nous avons pris le relais. Nous ne voulions pas d'un nouveau cas Agnolutto».

Rien n'est donc joué, à ce jour! Le nouveau maillot jaune en est d'ailleurs conscient: «Demain le rêve s'arrêtera. A 33 ans, je n'ai plus rien à perdre. Cette saison, j'ai déjà gagné le Tour de Flandres. Et la montagne n'est plus pour moi».

La Montagne? Elle se profile à l'horizon. Vendredi, le Tour de Suisse fait étape à Wildhaus, avec un final de 15 kilomètres en côte.

Et le Vaudois Laurent Dufaux d'analyser: «Les candidats à la victoire finale n'ont pas de soucis à se faire. Bortolami n'est pas un coureur de grands cols. Wildhaus sera le premier grand rendez-vous. C'est une étape courte, 144 kilomètres, et nerveuse».

Pierre-Henri Bonvin, Baar

×